Tribune Libre
11:06 10 mars 2018 | mise à jour le: 10 mars 2018 à 11:06 temps de lecture: 2 minutes

Le référendum de Martine

Rien ne va plus au Bloc québécois qui vit une crise dont l’issue pourrait conduire à son implosion.

Tribune libre.

(Illustration TC Media – Archives)

Aux yeux de Martine Ouellet, la crise est le résultat d’un malentendu sur le rôle que doit jouer la formation politique à Ottawa. De leur côté, les 7 députés démissionnaires du Bloc critiquent vertement les positions de leur chef et son style de direction sans compromis, notamment sur la promotion de l’indépendance, ces derniers alléguant que leur priorité est de représenter les Québécois au parlement, sans nécessairement parler d’indépendance.

Pour tenter de dénouer l’impasse, Mme Ouellet propose la tenue d’un référendum auprès des membres du parti dans le but de clarifier le rôle du Bloc à Ottawa. Le hic, c’est que, à mon sens, tous les intervenants ont, à leur façon, en partie raison dans leur argumentaire, chacun des clans opposés répondant à un des objectifs du Bloc.

Conséquemment, pourquoi les députés démissionnaires et leur chef ne s’assoiraient pas à une table de concertation pour déterminer un terrain d’entente sur les priorités conjoncturelles qu’ils doivent défendre eu égard, soit aux intérêts des Québécois, soit à la promotion de l’indépendance, soit à d’autres sujets faisant l’actualité?

En termes clairs, pourquoi utiliser un référendum qui continuera de créer des divisions dans le caucus des députés au lieu de tenter de s’entendre dans un climat plus serein et plus susceptible de sortir le parti de cette crise suicidaire?

Henri Marineau, Québec

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *