Tribune Libre
19:38 2 janvier 2018 | mise à jour le: 2 janvier 2018 à 19:38 temps de lecture: 2 minutes

Remettre l’indépendance du Québec sur la carte

Depuis la défaite crève-cœur du référendum de 1995, soit depuis plus de 20 ans, le Parti Québécois (PQ), le parti politique qui se proclame comme le seul parti véritablement indépendantiste de par le règlement numéro 1 de ses statuts, ne cesse de tergiverser sur le « moment opportun » de ressortir du placard l’accession du Québec à sa souveraineté, le chef actuel, Jean-François Lisée, ayant jeté son dévolu sur 2022…

Tribune libre.

(Illustration TC Media – Archives)

Par ailleurs, personne ne peut nier que la souveraineté du Québec n’obtient pas la cote de popularité auprès d’une forte majorité de Québécoises et de Québécois évaluée à quelque 60 %. À mes yeux, un tel désaveu émerge du laxisme avec lequel ceux et celles qui doivent porter l’étendard de la souveraineté, à commencer par la députation péquiste qui allègue que l’heure n’est pas encore arrivée.

À supposer que cette assertion soit fondée, peut-être serait-il opportun de se demander pourquoi il en est ainsi, 22 ans après le dernier appel au peuple. À mon avis, la réponse va de soi : l’indépendance brille par son absence dans les débats politiques qui font la une des médias. Elle a été remplacée par le mythe du « bon gouvernement », un sparadrap qui ne fait que voiler toute tentative d’émergence de velléités indépendantistes.

Selon moi, une seule voie reconnectera les Québécoise et les Québécois, de tous âges confondus, sur le cap de la souveraineté : les stratèges péquistes se doivent, d’un côté, de mettre en exergue les avantages de l’indépendance du Québec, et de l’autre côté, les désavantages du fédéralisme canadien. Une démarche qui devrait contribuer grandement à remettre l’indépendance du Québec sur la carte!  

Henri Marineau

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *