Tribune Libre
18:11 2 juillet 2017 | mise à jour le: 2 juillet 2017 à 18:11 temps de lecture: 2 minutes

Tribune Libre : « SIS à Québec : la volonté du maire Labeaume est un leurre »

OPINION. 15 ans. 15 ans qu’on parle de la nécessité d’avoir un site d’injection supervisé (SIS) à Québec.

Tribune libre (Photo TC Media – Archives)

« Il ne faut pas agir dans la précipitation », affirme la ministre Lucie Charlebois.

« Il n’y aura pas de projet tant qu’il n’y aura pas d’acceptabilité sociale. Il faudrait éviter autant que possibles les rues commerçantes », clame le maire Régis Labeaume.

C’est ça. Multiplier les rencontres de comité, les consultations et les rapports, faites des courbettes devant les gens d’affaires, retarder le plus possible le jour de l’inauguration d’un SIS à Québec, pendant que des gens meurent dans leur coin, pendant que des gens se piquent avec du matériel souillé, pendant que des gens vivent avec le VIH/sida. Mais il ne faudrait surtout pas qu’un SIS nuise à l’image de notre belle ville. Il semble évident que non seulement le maire n’en veut pas d’un SIS dans sa ville, mais il semble également avoir une dent contre le directeur de Point de repères, Mario Gagnon. Et on connait le tempérament du maire et sa détermination de mener de front un projet lorsqu’il en décide ainsi, on n’a qu’à penser à l’amphithéâtre et à la loi reconnaissant les municipalités comme des gouvernements de proximité.  
Solidarité avec les personnes toxicomanes, avec Mario Gagnon et avec Point de repères, qui se battent depuis des années pour un projet qui est tout simplement rempli de bon sens.

Julie Bellavance, Québec

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *