Tribune Libre
15:52 27 octobre 2017 | mise à jour le: 27 octobre 2017 à 15:52 Temps de lecture: 2 minutes

Niqab, pas niqab…

La controverse suscitée par l’obligation de donner et recevoir des services publics à visage découvert a pris des allures de véritable bouillabaisse lorsque la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, a dû « apporter certaines précisions », selon les termes de la ministre, relativement au fait que le visage découvert sera obligatoire « uniquement dans le cadre d’une interaction entre les individus ». 

Henri Marineau

Le port du niqab lors des cérémonies d’assermentation de citoyenneté devient un important enjeu dans la présente campagne.

Deposit Photo

Une mesure qui s’appliquera dans le transport en commun, à l’hôpital, à l’école, à la bibliothèque et dans les services gouvernementaux et municipaux.

Pour justifier une telle mesure, Mme Vallée allègue l’argument « sécurité ». Soit! Toutefois, qu’en est-il de la soi-disant sécurité lorsque les femmes portant le niqab ont passé les limites prévues par la loi et qu’elles peuvent circuler librement à visage couvert partout dans les lieux publics mentionnés dans la loi? Ladite sécurité ne serait plus menacée après le passage à la « guérite »? Paradoxal, vous ne croyez pas?

À mes yeux, il m’apparaît essentiel que le visage découvert soit obligatoire pour toute la durée du trajet pendant lequel la personne reçoit le service requis…C’est une simple question de gros bon sens et de congruence!

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *