Chroniques
09:29 4 mars 2021 | mise à jour le: 4 mars 2021 à 09:29 temps de lecture: 4 minutes

Little Nightmares 2 est arrivé et n’est définitivement pas pour les enfants! 

Little Nightmares 2 est arrivé et n’est définitivement pas pour les enfants! 
/Photo gracieuseté

Acclamé en 2017, Little Nightmares a su démontrer qu’il n’est pas nécessaire d’être un développeur AAA pour offrir un jeu qui a du mordant.

D’abord présenté de façon sombre, vous devrez passer un tutoriel simple, mais déjà lugubre et prêt à vous faire sursauter, avant de rencontrer Six, la protagoniste du premier titre, prise au piège par un ignoble chasseur passionné de taxidermie. À ce moment, vous vous rendrez compte que, finalement, il y a peut-être un brin de lumière ou de chaleur dans ce gigantesque monde rempli de froideur et d’horreur. Main dans la main, Six et Mono devront tenter d’éviter le chasseur à tout prix pour quitter cet endroit coûte que coûte.

Vous vous retrouverez ensuite dans un endroit appelé Pale City, une ville en ruine où la population est dominée par les écrans de télévision. C’est à ce moment que vous vous faufilerez d’abord dans une école, puis un hôpital avant de vous retrouver à même les vestiges de la ville qui mènent à Signal Tower.

Encore une fois, l’ambiance sera à la fois lourde, pesante et dramatique. Muni d’une trame sonore adéquate pour le style de jeu, vous devrez, à l’instar du premier titre, résoudre différents puzzles tout en esquivant les habitants de la ville.

Les ajouts comparativement à Little Nightmares

D’entrée de jeu, une des premières nouveautés de Little Nightmares 2 est l’ambiance encore plus effrayante que le premier. Ensuite, le jeu ne se joue pas qu’à l’intérieur de l’espèce de vaisseau, The Maw, mais bien sur la terre ferme.

Bien entendu, le fait que vous ayez deux personnages est d’autant plus nouveau. Certes, c’est un jeu qui se joue seul et dans lequel vous ne contrôlez que Mono, mais Six vous sera utile également puisqu’elle pourra vous aider à vous frayer un chemin par endroit, distraire l’ennemi d’autre part ou même vous indiquer où passer.

Finalement, Mono étant un petit garçon costaud, il parviendra par moment à être en mesure de soulever des outils d’adultes, comme des haches, des marteaux ou même une gigantesque louche à soupe, pour les trainer au sol jusqu’à un endroit désiré pour s’en servir de toutes ses forces sur des éléments du décor ou même des ennemis.

Attention! Cela ne veut pas dire que le jeu est passé en mode hack and slash! Le jeu demeure tout de même un jeu d’aventure et de puzzles dans lequel l’évasion et la furtivité sont de mise.

Au final…

Tarsier Studios a rendu ce jeu à la fois terrifiant et admirable. Les boss sont intenses, les puzzles sont assez simples pour dire qu’ils ne briment pas la cadence du jeu, les décors sont géniaux et la trame sonore, surtout quand le ton hausse et qu’elle s’accélère, ne peut nous empêcher de crisper nos mains sur notre manette de jeu en retenant notre souffle et en écarquillant les yeux pour essayer de voir et d’anticiper ce qui risque d’arriver.

Certes, le jeu n’est pas très long… Il vous prendra environ six heures à compléter, peut-être plus si vous désirez trouver tous les chapeaux ainsi que tous les différents «glitchs» que vous pouvez trouver en jeu. En revanche, contrairement à certains jeux qui durent sensiblement le même temps, le jeu proposé est vendu à 54.99$ plutôt que 79.99$ comme certains jeux par le passé.

Autre point peut-être un peu décevant: la gestion de la profondeur de cet univers en 2.5D reste encore difficile, tout comme Little Nightmares à l’origine. Il faudra donc user d’essais et d’erreurs.

Un énorme merci à Bandai Namco pour la copie du jeu!

 

Pour suivre Patrick: https://www.lebetatesteur.ca || http://www.facebook.com/lebetatesteur

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *