Chroniques
09:28 8 juillet 2020 | mise à jour le: 8 juillet 2020 à 09:28 temps de lecture: 3 minutes

The Last of Us : Part II, une critique

The Last of Us : Part II, une critique
Véritable amoureux de jeux vidéo depuis son premier coup de cœur, le jeu River Raid d’Activision sur la console Atari 2600, Patrick Tremblay est chroniqueur pour M2 Gaming Canada. Fervent joueur de jeux de type RPG ou jRPG, il avoue se laisser néanmoins tenter par de sympathiques et intenses rogue-lites tel Dead Cells ou même Streets Of Rogue. Sa console de prédilection a toujours été chez SONY mais il se laisse aujourd’hui séduire par Nintendo depuis l’arrivée de la Switch.

Il aura fallu plus de 7 ans à Naughty Dog pour nous concocter une suite à The Last of Us (TLOU), initialement sorti en 2013 sur PS3 et marquant la fin d’une génération. Aujourd’hui, le studio nous refait le coup avec The Last of Us Part II, un jeu qui deviendra assurément un classique à son tour et qui laissera une forte empreinte dans le paysage de génération actuelle qui pousse ses derniers souffles. 

Au moment de lancer ma partie, j’avais un étrange mélange de crainte et d’excitation à la fois. Comment était-il possible de surpasser TLOU, celui-ci ayant été élu «Jeu de la décennie» par l’ensemble des médias et gamers du monde entier? La réponse fut assez facile: améliorer, de façon magistrale, tous les meilleurs éléments du premier titre!

(Photo gracieuseté)

Toutes les composantes de TLOU2 constituent des évolutions logiques de TLOU, allant des mécaniques d’exploration aux combats, en passant par l’ensemble du rendu visuel et sonore. Bien évidemment, l’histoire est également accrocheuse, alors que nous suivons les pas d’Ellie qui, quatre ans après les évènements du premier titre, est devenue une femme meurtrie et brisée, remplie de haine, de désir de vengeance, de paradoxes et de questionnements sur elle-même.

Au cours du périple, le joueur passera par toute une série d’émotions, passant du rire aux larmes, du choc à l’émerveillement, de la crainte à la rage, bref, tout y passera. Cette fois-ci, il faudra redoubler de prudence envers nos assaillants, optant plus souvent pour la furtivité que le combat de plein front. Il faut dire ici que l’intelligence artificielle des ennemis, surtout humains, est beaucoup mieux réussie, outre pour quelques moments où ceux-ci ne semblent pas être alarmés par les personnes qui nous accompagnent dans certains chapitres.

TLOU2 est plus «réaliste» dans ses combats, dans ses améliorations d’armes et dans les capacités de notre personnage. En aucun temps nous n’avons l’impression de devenir une invincible machine à tuer, ce qui rend l’expérience plus authentique et réaliste. Du coup, notre progression se fera souvent de façon plus stratégique, décidant même d’éviter certains affrontements pour survivre un autre jour.

La grande force du jeu réside surtout dans sa façon de nous faire prendre conscience de la réalité de chacun des côtés d’un conflit, réussissant même à nous faire ressentir de l’empathie pour l’antagoniste de l’histoire!

Au final, The Last of Us Part II est une excellente suite au premier titre, qui remporte son pari de faire évoluer la franchise sans tomber dans les clichés trop faciles. Si vous avez aimé d’amour le premier volet de la série, lancez-vous cœur et âme dans ce nouveau chapitre et accrochez vos émotions solidement, car elles se feront fortement brasser le camarade!

 

Pour suivre Patrick et toute la bande de M2 Gaming Canada : http://www.m2gaming.ca https://www.youtube.com/m2gamingcanada

Articles similaires

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Dominic Pilon

    Une très bonne critique 100%.