Opinion
11:09 30 janvier 2021 | mise à jour le: 30 janvier 2021 à 12:01 temps de lecture: 2 minutes

Privé de bain pendant deux mois…

Privé de bain pendant deux mois…

Un résident de 58 ans du Centre d’hébergement Champagnat, à Saint-Jean-sur-Richelieu, aurait été privé de bain pendant deux mois, en raison d’une éclosion qui s’est déclarée à la mi-novembre, la direction confirmant que ces mesures sont en place pour combattre l’éclosion en cours et réduire les risques de contamination.

Alors que deux centres intégrés universitaires de santé et de services sociaux (CIUSSS) affirment qu’il s’agit d’une politique ministérielle pour prévenir la propagation du virus, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) prétend le contraire et indique que les bains et les douches doivent être donnés, éclosion de COVID-19 ou pas.

Or, quoiqu’un document ministériel intitulé « Guide de réorganisation et de délestage des activités selon les niveaux d’alerte des établissements », souligne que les soins d’hygiène doivent être maintenus peu importe les circonstances, il ne fait pas la distinction entre des soins d’hygiène au lit et un véritable bain ou une véritable douche, argue un porte-parole du CIUSS de la Capitale-Nationale.

Dans l’argumentaire des tenants du bain au lit en contexte d’éclosion, il est souvent fait mention des dangers de contamination du personnel soignant au moment d’un bain complet et d’une douche, une crainte discutable compte tenu de l’équipement de protection dont dispose le personnel soignant.

Toutefois, il m’apparaît inhumain que des patients soient privés de bains pendant des mois…Au ministère de la Santé de clarifier cette situation rapidement au nom de la dignité humaine à laquelle ont pleinement droit ces patients!

Henri Marineau, Québec

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *