Opinion
13:23 8 décembre 2020 | mise à jour le: 13 décembre 2020 à 10:12 temps de lecture: 2 minutes

La course la plus difficile d’une vie

La course la plus difficile d’une vie

Chers Québécois, le 3 mars dernier mon entreprise annonçait que nous déposions un avis d’intention en vue de présenter une proposition à nos créanciers et ce, en vertu de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité. Le 10 septembre, les créanciers acceptaient notre proposition de règlements.

Depuis le mois de mars, nous avons entamé la restructuration complète de l’entreprise. Nous avons créé une nouvelle compagnie LG 5.0. Nous sommes maintenant une plus petite équipe mais sommes agiles et plus automatisés. Nous revenons à notre ADN: une entreprise québécoise de classe mondiale qui se démarque par l’innovation. Nous serons profitables et nous allons vous surprendre.

J’ai voulu sauver notre patrimoine industriel. Notre culture québécoise passe aussi par nos produits, nos designs, nos idées, nos formes et nos couleurs. Nous avons perdu trop de fleurons québécois depuis 25 ans. Je me suis battu pour trouver des partenaires québécois à 100%, une Banque du Québec avec la Banque Nationale, Investissement Québec et la Corporation Financière Champlain. Champlain une société qui investit beaucoup au Québec a pris une participation minoritaire dans le Capital action de Louis Garneau Sports.

Je veux souhaiter bonne chance et encourager toutes les entreprises du Québec en ce moment. Nous vivons une situation exceptionnellement difficile. Il ne faut jamais abandonner. Merci à tous ceux et celles qui ne m’ont pas abandonné durant la tempête et un merci spécial à la cofondatrice et mon épouse Monik Arsenault. Je viens de terminer la course la plus difficile de vie.

Cher Gouvernement du Québec, j’aimerais qu’un fond spécial soit créé pour sauver les marques québécoises internationales afin que nous puissions garder notre patrimoine industriel chez nous. Ce serait un leg important pour nos enfants. Nous avons besoin de modèle.

Chers entrepreneurs, essayez de garder vos entreprises au Québec. Nos enfants ne doivent pas devenir des sous-traités des pays étrangers. Soyons fiers d’être Québécois.

Louis Garneau, président du c.a. et principal actionnaire du Groupe Louis Garneau Sports

Articles similaires

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Henri Marineau

    Je reconnais bien là le Louis Garneau que j’ai toujours connu, déterminé à ne jamais abandonner…
    Rebienvenu dans le Club des grands, Louis!
    Ton vieux prof, Henri