Opinion
14:30 19 août 2019

Santé mentale chez les jeunes

Santé mentale chez les jeunes

Entre 2008 et 2018, le nombre de mineurs qui ont consulté pour tentative de suicide ou idées suicidaires a connu une hausse inquiétante, voire dramatique, de 358%. Au CUSM par exemple, la majorité des patients rencontrés sont des adolescents, mais aussi parfois des enfants de moins de 10 ans. Enjeux relationnels, intimidation, maladies psychiatriques: les causes sont multifactorielles.

Alors que les campagnes de sensibilisation ont fait grand bruit dans les dernières années pour encourager les gens, notamment les jeunes, à consulter pour des problèmes de santé mentale, les services ne sont pas au rendez-vous, « C’est un grand paradoxe. Dans les dernières années, on a fait des campagnes incroyables en disant : “Allez consulter!” En revanche, dans le système, on a fait des coupes importantes », dénonce Réal Labelle, psychologue à l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

Par ailleurs, des études récentes ont démontré que l’influence des médias sociaux et du temps passé devant les écrans peut mener à des idées noires. « On voit un nombre important de jeunes qui ont des taux d’utilisation des écrans et des réseaux sociaux qui dépassent les six à huit heures par jour », constate le Dr Sébastien Collette, psychiatre et chef intérimaire du service d’urgence d »e l’Hôpital Rivière-des-Prairies, à Montréal.

La santé mentale chez les jeunes m’inquiète au plus haut point. Il est plus que temps de changer la tendance qui stigmatise la santé mentale comme le parent pauvre du système de santé, et que les ressources suivent les besoins… Beaucoup trop de jeunes ont le mal de l’âme, à la société de leur redonner espoir en la vie avant qu’il ne soit trop tard!

 

Henri Marineau
Québec Qc

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires