Opinion
15:32 4 août 2019

Gillam, une population tenue sous pression

Gillam, une population tenue sous pression

Depuis le 23 juillet, la petite municipalité de Gillam, située à mille kilomètres au nord de Winnipeg, assiste à la scène d’une chasse à l’homme ininterrompue pour tenter de retrouver Kam McLeod, 19 ans, et Bryer Schmegelsky, 18 ans. Tous deux sont accusés d’un triple meurtre et considérés « armés et dangereux », avertit la Gendarmerie royale du Canada (GRC) qui appelle la population à ne surtout pas les approcher et à barricader leurs portes.

Dans toute cette saga qui dure maintenant depuis plus de dix jours, les médias ont concentré leur énergie à couvrir les pistes empruntées par les Forces armées canadiennes et la GRC pout tenter de mettre la main au collet des deux fugitifs.

Toutefois, très peu de reportages sur les dommages collatéraux subits par la « paisible » population de Gillam qui soudain, est devenue la scène d’une chasse à l’homme où des militaires arpentent les rues, armés jusqu’aux dents jour et nuit, sans compter la présence de nombreux médias qui ont été appelés à couvrir les événements au quotidien.

Bien sûr, ça ne fait pas très « sensationnaliste » d’aborder le haut degré de stress que vivent les quelque 1265 personnes selon le dernier recensement de 2016. De son côté, le maire de Gillam indique que la Ville envisage des services de santé mentale pour soutenir les résidents lorsque la chasse à l’homme sera terminée… J’espère aussi que les deux paliers de gouvernements verront à mobiliser les ressources humaines et matérielles nécessaires au soutien de cette population tenue sous pression depuis si longtemps.

Henri Marineau, Québec

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *