Opinion
07:38 2 août 2019

Les usagers des Bocages délaissés par le RTC

Les usagers des Bocages délaissés par le RTC

En 2019, en pleine crise environnementale et en marge du projet de réseau structurant de transport en commun, le RTC délaisse sciemment ses abonnés utilisateurs de l’express 295 de Saint-Augustin et les encourage à prendre la voiture.

Une bonification de la desserte que le RTC impose à compter du 17 août. Bonification vous dites?! L’express 295 actuel dessert le secteur des Bocages et le relie au centre-ville de Québec aux heures de pointe. La bonification annoncée comprend l’abandon du service express, un détour de 15 minutes par le chemin Sainte-Foy et l’avenue Calixa-Lavallée, l’abandon de la desserte sud du Lac Saint-Augustin et l’imposition de 39 passages par jour sur une rue résidentielle sans trottoir en pleine zone scolaire.  Quel progrès!

Sans surprise, les abonnés qui paient 89,50$ mensuels pour le privilège de prendre l’autobus s’opposent à cette bonification. Une pétition de 600 noms a d’ailleurs été déposée au Conseil d’administration du RTC ainsi qu’au conseil municipal de Saint-Augustin. À minuit moins une, après des mois d’efforts informels auprès du RTC, le conseil de Saint-Augustin a finalement adopté le 24 juillet une résolution demandant au RTC de revoir le plan de desserte. Enfin!

Qui sera surpris d’apprendre que le RTC n’est pas franc et ouvert dans ce dossier? Notamment en ce qui concerne les raisons qui justifient les changements. En mai 2018 lors d’une rencontre d’information, le RTC explique une première bonification qui fait en sorte que les travailleurs qui vont au centre-ville devront transférer à l’autobus 800 sur le boulevard Laurier.

Ceci permettrait de développer les habitudes en vue de l’éventuel tramway, nous dit-on. Tout s’explique par l’arrivée du tramway, c’est la faute du tramway, qui verra le jour d’ici … des années. Des dizaines de participants, sur les centaines qui ont assisté à la rencontre, ont épuisé le temps de parole pour expliquer de long en large comment ces changements les affecteraient : temps de déplacement rallongé, désorganisation familiale, etc.

Sept mois plus tard, en décembre 2018, le RTC annonce une autre bonification comprenant les désagréments et problèmes mentionnés plus haut. Cette fois, il n’est plus question du tramway pour les justifier, les changements visent à augmenter l’achalandage, nous dit-on –  le 295 est pourtant bien plein, il suffit de le constater, ou mieux, de le demander à ceux qui voyagent debout.

Maintenant, le président du RTC Rémy Normand nous informe que les changements sont en réponse à une demande de la Ville de Saint-Augustin, allégation pas seulement démentie par le maire Sylvain Juneau, mais contredite par la résolution du 24 juillet. Incapable de justifier les changements, M. Normand nous demande de lui faire confiance. Selon lui, toutes les bonifications qu’il a apportées dans d’autres secteurs de Québec ont augmenté l’achalandage. Il faut donc essayer le service bonifié pour une période de trois mois. Il nous dira par la suite s’il s’est trompé, promet-il. Ah, bon!

En plus d’un manque de transparence, clairement, au RTC il y a confusion entre achalandage et service.

On réclame le maintien de l’express 295!

Félix Meisels, du regroupement Citoyens pour le transport en commun à Saint-Augustin-de-Desmaures

Commentaires 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • annie godbout

    Je suis la conseillère du District des Bocages à Saint-Augustin. Le virage étudiant pris par le RTC est une utopie. Les étudiants des Bocages sont de futurs travailleurs qui deviendront, à ce moment, mal desservis. S’ils s’imposent le bus aujourd’hui, ils l’abandonneront demain. Ils voient aujourd’hui le manque de considération du RTC pour leurs parents, les travailleurs, et ils s’en souviendront. J’ai un ami, travailleur, dans Limoilou, qui subit le virage étudiant depuis quelques années. Le matin, trois bus pratiquement vides passent devant chez-lui vers l’Université Laval. Puis, il s’entasse avec d’autres travailleurs dans un bus qui déborde. J’endosse les propos de monsieur Meisels et j’en admire la réserve. On pourrait être moins tendre, à l’égard du RTC, lorsqu’il réduit ses services dans les Bocages, dont la desserte ne faisait déjà que peu d’envieux. Le RTC doit refaire ses devoirs, comme la ville de Saint-Augustin le lui a demandé. Et selon moi, le rétablissement de l’express 295 est un minimum.

  • Dénis Therriault

    Augmenter l achalandage = augmenter les revenus. Le RTC ce n est plus un système de transport en commun. C est géré comme une compagnie privée il élimine les secteurs non rentables

  • Marie-Claude Bouchard

    Quand bien même que le RTC voudrait faire croire à une grande partie des usagers des Bocages que les changements proposés améliorent la desserte, ses décideurs ont besoin de se lever de bonne heure!

    Ayant présentement accès à un autobus aux 15 minutes le matin et aux 30 minutes au retour, je devrai maintenant me contenter d’un autobus à l’heure, qui va même faire un détour par le Walmart parce que, bien évidemment, il y a une foule de gens qui vont faire leurs commissions à 7 heures le matin! Je suis sarcastique là.

    Si je souhaite avoir accès au parcours le plus fréquent, je devrai marcher un minimum de 20 minutes, alors que le RTC mentionnait, lors de l’annonce des changements, une marche maximale de 650 mètres pour se rendre à l’arrêt le plus près.

    Oui, il y aura un arrêt plus près, mais en l’utilisant, je pourrai arriver au travail doit à 7:20 ou 8:25; et le RTC de dire que son nouveau réseau apporte plus de flexibilité. Mon œil!

    Pendant ce temps-là, les étudiants des Cegeps et des universités, qui en passant sont à ma connaissance plusieurs mois par année en congé, seront desservis toutes la journée,avec les deux circuits proposés, ce qui ne permettra plus aux autobus d’utiliser la voie réservée sur René-Levesque sur une bonne distance.

    Je pourrais en écrire encore long sur le sujet mais tout ça pour dire que la moitié de Saint-Augustin collée à Cap-Rouge s’est littéralement fait « organisée  » par le RTC.

    • Sabine Cheneviere

      Adieu service et bonjour le rendement !(cela reste à voir). Résidente de Cap-Rouge limite St-Augustin, je préfèrerais de loin prendre le 295 qui me permettait de rejoindre mon travail en 30-35 min chrono le matin même avec une courte marche de 5 min (que celui qui fait mieux en auto lève la main). L’Express 214 ( qui passe devant ma porte) met quant à lui 20 min en partant, pour atteindre la sortie Legendre et donc quasi 1 heure de trajet porte à porte incluant les 15 min de marche à l’arrivée. Le 295 était plein matin et soir, c’est incompréhensible de supprimer un service qui marche et qui satisfait travailleurs et étudiants ! Pour ma part le service de remplacement ne passera même pas à proximité de mon travail et donc je vais restée pognée avec le 214 et sa run de lait dans Cap-Rouge de haut en bas ! Merci le RTC

Articles similaires