Opinion
05:55 24 mai 2019

Agressions sexuelles au sein des Forces armées canadiennes

Agressions sexuelles au sein des Forces armées canadiennes

De toute évidence, les inconduites sexuelles dans les Forces armées canadiennes (FAC) révèle un phénomène qui persiste malgré les multiples efforts déployés pour tenter de l’enrayer. Selon le dernier rapport de Statistique Canada auquel ont participé plus de 36 000 membres des Forces armées canadiennes de la force régulière et de la Première réserve, soit 44% de l’effectif des FAC, les attouchements sexuels constituent la forme d’agression sexuelle la plus courante et représentent 88% des incidents au sein des forces régulières, et 86 % au sein de la Première réserve.

Par ailleurs, même s’il existe une kyrielle d’organismes pour les victimes qui souhaitent faire une dénonciation, notamment le Centre d’intervention, elles n’osent pas le faire, alléguant la lourdeur du processus de plaintes à respecter et la peur des représailles. Du côté des hauts responsables de l’armée, ces derniers semblent tout simplement dépassés par les événements, et ne savent pas comment expliquer une telle situation.

À mes yeux, les FAC incarnent un terreau fertile eu égard aux comportements axés sur les remarques à connotation sexuelle de la part des hommes faites aux femmes, en raison de la familiarité qui se développe entre eux reliée à la proximité exigée dans leur quotidien… Enfin, il faudra du temps pour subjuguer cette «culture de sexualisation» qui semble bien ancrée dans les Forces armées canadiennes depuis des décennies!

Henri Marineau, Québec

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires