Opinion
11:32 26 avril 2019

Superinfirmières sous surveillance des médecins

Superinfirmières sous surveillance des médecins

Une maîtrise de deux ans qui suit un baccalauréat et qui suit aussi deux ans de pratique avant de pouvoir appliquer la maîtrise. Telle est la formation que doivent suivre les infirmières praticiennes spécialisées (IPS) avant de pouvoir pratiquer, Et pourtant, qu’à cela ne tienne, même si les IPS du Québec sont les mieux formées au pays, les médecins reçoivent quelque 2 680 $ mensuellement par IPS pour exercer une surveillance auprès de ces infirmières et 2500 $ pour les frais d’exploitation associés,

« On est une des seules provinces où les superinfirmières ont encore besoin d’être surveillées par des médecins pour pouvoir pratiquer. Cette surveillance a un coût important, et on pense que ce sont des fonds qui sont dépensés inutilement », soutient Anne Plourde, chercheuse à l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS).

L’IRIS salue toutefois la volonté du gouvernement Legault et du Collège des médecins de permettre aux IPS de poser certains diagnostics, mais il estime qu’il faut aller plus loin. Mme Plourde croit que le gouvernement accueillera favorablement l’idée d’abolir la surveillance des infirmières praticiennes spécialisées, alléguant l’ouverture de la ministre de la Santé d’aller plus loin dans ce dossier.

Par contre, du côté du Collège des médecins, il faudra attendre compte tenu de la frilosité des médecins à déléguer sans surveillance certaines de leurs tâches…

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *