Opinion
09:45 19 avril 2019

Trois musulmanes en faveur du projet de loi 21

Trois musulmanes en faveur du projet de loi 21

Djamila Addar, Leïla Bensalem et Leïla Lesbet ont toutes les trois fui leur pays natal suite à la montée de l’intégrisme islamiste dans les années 80-90. Impliquées dans le milieu de l’enseignement, elles militent depuis plusieurs années pour l’interdiction des signes religieux dans les écoles, « Le voile est lourd de sens. Pour moi, c’est le porte-étendard des islamistes », déclare Leïla Bensalem. « C’est quelque chose d’oppressant, de dégradant pour les femmes », ajoute-t-elle.

Aux yeux de Djamila Addar,  « la foi n’est pas dans les apparences, elle est dans les gestes qu’on pose, et non pas dans un bout de tissu ». « Ce voile n’a jamais fait partie de notre culture et encore moins de notre religion », dit Mme Lesbet qui précise être issue pourtant d’une famille « très pratiquante ».

« Contrairement à ce que beaucoup ont dit, je trouve le projet de loi très modéré, renchérit Mme Bensalem. C’est un projet très important, car c’est l’aboutissement, enfin, de la Révolution tranquille des années 60. »… Une leçon d’histoire nationale du Québec de la part d’une musulmane qui ferait rougir bien des Québécois dits de souche!

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Marois

    Merci pour ces précisipns de grandes valeurs et votre appui à la loi. Belle honnêteté! À Rome on fait comme le Romains en effet.