Opinion
10:13 28 mars 2019 | mise à jour le: 29 mars 2019 à 10:19 temps de lecture: 1 minutes

Itinérance, investir en amont

Itinérance, investir en amont

Je suis toujours abasourdi par le nombre effarant d’itinérants qui passent leurs nuits à l’extérieur au Québec en 2019 alors que le gouvernement réussit à puiser des millions dans ses surplus pour instaurer le programme des maternelles 4 ans, arguant qu’il est urgent de pallier en amont le problème des jeunes en difficulté d’apprentissage au primaire et au secondaire.

Or, sans connaître le chemin qu’ont dû emprunter les itinérants pour aboutir à une telle situation d’errance, je soupçonne un trajet jonché d’embûches, notamment eu égard à une enfance malheureuse. En avril 2018, 5789 itinérants « visibles » ont été dénombrés dans 11 régions du Québec.

Devant une situation aussi alarmante, ne serait-il pas pertinent, voire urgent, que le gouvernement se penche sérieusement en amont sur l’itinérance, à savoir sur la misère et la désolation qui règnent à grande échelle dans les milieux défavorisés?

Henri Marineau, Québec

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *