Opinion
09:37 27 mars 2019

Les droits acquis, une clause discriminatoire

Les droits acquis, une clause discriminatoire

Si la tendance se maintient, quelque 500 employés de l’État seraient exemptés de l’interdiction de porter un signe religieux comte tenu qu’ils en portent déjà un avant l’adoption de la loi sur la laïcité. En termes clairs, la loi inclurait une clause de droits acquis, communément appelée la « clause grand-père ».

Or, quelqu’un peut-il me dire en quoi un employé de l’État qui porte déjà un signe religieux est différent d’un autre qui n’en porte pas ou qui serait tenté d’en porter si la loi le lui permettait? À mes yeux, cette clause grand-père est tout à fait discriminatoire et crée de façon inappropriée deux catégories d’employés de l’État.

D’ailleurs, est-il utile de se rappeler que la position traditionnelle de la Coalition avenir Québec ne faisait aucunement référence à une clause de droits acquis. Je suis d’avis que ce virement de cap est purement politique, François Legault, par cet « assouplissement », tentant de ratisser plus large avant le vote sur le projet de loi.

Henri Marineau, Québec

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Denis Beaulé

    Et si ce qui serait discriminatoire était plutôt ou davantage de ne faire bénéficier qu’asymétriquement ou qu’imparfaitement de ladite clause grand-père, (adoptée) le jour de la fête des pères?…

    À partir du moment, en effet, où on l’octroie à quelques-uns et surtout pour quelques-unEs, quid de celles qui ne pourront « faire autre chose » ou le faire ailleurs que là où elles le font actuellement pour pouvoir continuer d’en bénéficier; mais surtout, bien plus encore, quid de celles s’étant investies, corps et âme, d’esprit et avec coeur, en apprentissages devant les mener à l’enseignement et qui, là, tout à coup, subitement, ‘bang!’, ne le pourront pas?

    Quant à moi, je cherche en vain l’éconologique de tel «développement» (en forme de fermeture). Je ne vois guère ce que l’État, qui y a aussi inve$ti, y gagne. Ne vois pas ce qu’il y a d’équitable (‘fair’) là-dedans – (ç’apparaît en être tout le contraire). Et vois encore moins comment peut être considéré souhaitable ou justifié de priver ainsi, aussi soudainement qu’abruptement, davantage d’élèves encore d’autres enseignantes, au moment même où il y en a le manque le plus criant et leur faisant le plus mal. Ça, ça dépasse l’entendement. Le mien, en tout cas…