Opinion
06:46 25 mars 2019

Une fin de carrière époustouflante

Une fin de carrière époustouflante

Dorénavant, l’as fondeur Alex Harvey fera partie du groupe sélect des meilleurs athlètes du Québec aux côtés des Maurice Richard, Jacques Amyot, Jean-Luc Brassard, Chantal Petitclerc, Gilles Villeneuve et bien d’autres.

Non seulement l’athlète de Saint-Ferréol-les-Neiges a-t-il terminé deuxième au 15 km classique aux finales de la Coupe du monde, mais il a répété son exploit le lendemain lors de son chant du cygne à l’épreuve de poursuite en style libre. Une fin de carrière époustouflante devant une foule en liesse rassemblée sur les plaines d’Abraham.

C’est le 18 janvier 2009 que le jeune fondeur de 20 ans monte sur un podium de la Coupe du Monde pour la première fois en sprint par équipe à Whistler. Janvier 2011, il devient champion du monde des moins de 23 ans au 30 km. Le 2 mars de la même année, en compagnie de son coéquipier Devon Kershaw, ils triomphent au sprint par équipe des mondiaux de ski de fond à Oslo, en Norvège. Le 16 mars 2012, Alex Harvey, sous les regards de son père, remporte la première de ses six victoires individuelles sur le circuit de la Coupe du monde. Enfin, le 5 mars 2017, c’est la consécration. Le fondeur québécois remporte le 50 km des Championnats du monde. À 28 ans, il est au sommet du monde.

Mission accomplie, Alex! Ton courage et ta détermination sans borne resteront gravés à jamais dans la mémoire collective des Québécois.

Henri Marineau, Québec

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires