Opinion
05:55 13 mars 2019

Nouvelles embûches pour les municipalités québécoises

Nouvelles embûches pour les municipalités québécoises

C’est en catimini que le gouvernement Trudeau a décidé que certains projets ne se qualifient plus dans les nouvelles règles d’utilisation du programme FTE – Fonds de la taxe sur l’essence. Les hôtels de ville, les casernes de pompiers, les garages municipaux et les mises à niveau de barrages ne sont plus admissibles. Ce gouvernement libéral fédéral va à l’encontre des besoins et des volontés du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation et de l’ensemble des conseils municipaux du Québec. Il fait en sorte que les municipalités ne pourront plus compter sur la Taxe sur l’essence pour pouvoir améliorer ces infrastructures.

Il est clair que le gouvernement Trudeau est déconnecté des réalités de nos collectivités. L’admissibilité de ces projets, autrefois acceptés, donne les moyens à nos municipalités pour qu’ils puissent offrir à leur population de nouvelles infrastructures ou protéger celles déjà existantes. Ces sommes d’argent proviennent de la taxe sur l’essence que le contribuable a lui-même payée. Un minimum de respect s’impose.

Le gouvernement Trudeau fait la sourde oreille depuis plusieurs mois. La ministre québécoise du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH), l’Union des municipalités du Québec (UMQ), la Fédération québécoise des municipalités (FQM), en plus de la très grande majorité des municipalités du Québec, ont fait les représentations afin que le ministre fédéral de l’Infrastructure et des Collectivités revoie les règles. C’est toujours le silence radio. Quel manque de respect envers les élus de nos régions.

Joël Godin, député fédéral de Portneuf–Jacques-Cartier

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *