National
13:41 6 août 2021 | mise à jour le: 6 août 2021 à 13:41 Temps de lecture: 4 minutes

Le masque obligatoire dans les cégeps et universités avec une couverture vaccinale insuffisante

Le masque obligatoire dans les cégeps et universités avec une couverture vaccinale insuffisante
Photo: /Josie Desmarais/Journal MétroLa ministre de l'Enseignement supérieur, Danielle McCann.
ÉDUCATION. Comme promis, les étudiants du cégep et de l’université auront droit à une rentrée presque normale à l’automne. Durant les cours, ils n’auront pas à respecter la distanciation physique ni le port du masque. Les étudiants et le personnel dans les établissements où la couverture vaccinale sera jugée «insuffisante» devront toutefois porter le masque en tout temps.

Il en ira de même pour les écoles situées dans des zones où le portrait épidémiologique est défavorable.

«Le port du masque ou du couvre-visage ne sera pas requis lorsque les étudiants sont assis dans une salle de classe, à la bibliothèque ou lors d’un repas, mais il sera obligatoire lors de toute autre situation.»

Le ministère de l’Éducation supérieure

L’évolution de la situation des établissements visés par les directives particulières sera suivie de façon hebdomadaire de façon que ceux-ci soient avisés dès qu’elles pourront être levées, explique-t-on dans un communiqué du ministère de l’Éducation supérieure, publié vendredi matin.

Par ailleurs, le passeport vaccinal sera appliqué pour la participation aux activités parascolaires.

Une distanciation physique de deux mètres sera exigée dans les salles d’entraînement, dans les aires de restauration et au cours de certaines activités, comme les cours de chants. Dans les aires communes, il sera demandé de respecter une distanciation d’un mètre lorsque cela est possible.

Miser sur la vaccination

Tous les établissements d’enseignement supérieur doivent avoir en place un plan de repli, au cas où la situation épidémiologique se dégraderait.

Jeudi, 83,2% des étudiants du collégial avaient reçu une première dose de vaccin contre la COVID-19, et 57,8% une deuxième. Ces proportions sont encore plus élevées à l’université, où 86,6% des élèves ont reçu une première injection, et 68,5% une deuxième.

«La prise de rendez-vous pour l’obtention de la deuxième dose du vaccin va également bon train dans la population étudiante», précise le ministère de l’Éducation supérieure.

«Je tiens à féliciter les étudiantes et étudiants qui ont répondu présents à la campagne de vaccination. Je me réjouis de savoir que votre implication nous permet aujourd’hui de planifier une vraie rentrée en présence», réagit la ministre Danielle McCann.

«Je sais que la perspective de retourner en classe, de socialiser entre vous et de poursuivre votre projet d’études sur les campus était très attendue, avec raison, poursuit-elle. Mais nous avons encore besoin de vous pour que partout au Québec, la rentrée se déroule le plus normalement possible. Si ce n’est pas déjà fait, je vous invite à vous faire vacciner dès que possible.

La mise en place du passeport vaccinal au Québec semble avoir eu un effet sur les prises de rendez-vous, surtout pour les premières doses d’un vaccin contre la COVID-19. C’est ce qu’a dit le ministre de la Santé Christian Dubé dans un tweet vendredi matin.

Un «oui mais…» des enseignants

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec salue la décision du gouvernement de soutenir le retour en présentiel dans les salles de cours, mais elle dit aussi s’inquiéter qu’il laisse la porte ouverte au maintien de différents modes d’enseignement virtuel, alors que des directions « veulent tirer profit de « l’expérience » de la pandémie pour réduire les coûts et convertir au numérique le travail enseignant.»

«Cela peut sembler louable, mais c’est un positionnement allant à l’encontre des données probantes, qui reconnaissent la valeur inestimable de l’enseignement en présence et ses avantages, notamment sur la santé psychologique des étudiantes et des étudiants.»

Caroline Quesnel, présidente de la FNEEQ-CSN

Montée des cas

Les cas montent toujours dans la province, alors que 218 nouvelles infections de COVID-19 ont été enregistrées dans les 24 dernières heures.

Les éclosions actives de COVID-19 continuent d’augmenter, avec un chiffre de 70 à la date du 5 août, mais restent inférieures à la moyenne des 7 derniers jours (76) et à celle des 28 jours (72). La transmission du virus continue de progresser avec un taux de reproduction effectif (Rt) à 1,12.

Du côté des hospitalisations, les hôpitaux québécois enregistrent une baisse de trois personnes pour un cumul de 57. Les soins intensifs enregistrent également la sortie d’une personne pour un total de 15 personnes.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *