National
14:54 23 février 2021 | mise à jour le: 23 février 2021 à 14:54 temps de lecture: 3 minutes

COVID-19: la vaccination de masse se met en branle

COVID-19: la vaccination de masse se met en branle
Photo: CHAYATORN L./Photo 123 RF

PANDÉMIE. Québec donne le coup de départ à sa stratégie de vaccination de masse. «On va passer à la population générale», a confirmé mardi le premier ministre François Legault.

En direct du Stade olympique, à Montréal, l’élu québécois et le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, ont détaillé l’opération qui doit s’amorcer dès la semaine prochaine.

«Vacciner, c’est gagner, a laissé entendre M. Legault. L’espoir est là.»

Les personnes de 85 ans et plus seront les premiers Québécois de la population générale à avoir accès au remède. S’amorceront ensuite l’opération chez les 70 ans et plus, puis chez les sexagénaires.

«On devrait avoir complété les 85 ans et plus à l’intérieur de deux semaines», a évalué le ministre Dubé.

Le public aura accès à un système de rendez-vous en ligne à partir de jeudi (quebec.ca/vaccincovid). Québec mettra également en opération une ligne téléphonique au 1-877-644-4545, mais François Legault invite la population à passer par Internet d’abord.

Tel que prévu, le Grand Montréal sera priorisé dans le déploiement des doses. La Santé publique y a déjà identifié de vastes sites de vaccination, comme le Stade et le Palais des congrès.

Reprise graduelle

Pour le moment, le Québec a administré un total de 366 000 premières doses. Tous les CHSLD sont couverts, et environ la moitié des résidences privées pour aîné. À peu près 200 000 travailleurs de la santé ont été vaccinés, a confirmé mardi le premier ministre.

Après des semaines de retards, la livraison de vaccins reprend son rythme de croisière partout au Canada. Sur les 640 000 doses censées arriver au pays cette semaine, 136 000 doivent se diriger vers le Québec, avait annoncé lundi le gouvernement de Justin Trudeau.

Début février, le ministre Dubé avait exhorté le gouvernement Trudeau à accélérer la cadence. L’opération de vaccination était alors à un point mort. «On ne vaccine presque plus», avait martelé le député de La Prairie.

Le Québec a déjà fait l’expérience de la vaccination de masse. Il y a onze ans, dans le cadre de l’épidémie de grippe A(H1N1), le réseau de la santé avait réussi à administrer plus de 4 millions de doses en l’espace de deux mois. L’actuel directeur national de santé publique, Horacio Arruda, était à la barre de l’opération.

Aujourd’hui, Christian Dubé a confiance qu’il y aura suffisamment de «vaccinateurs», malgré la hausse de la demande. «Pour nous, 100 000 doses par semaine, c’est facile. On a à peu près 3200 vaccinateurs. Il va nous en manquer, au plus fort de la vague, environ 1000», a-t-il précisé.

Si tout se déroule bien, le ministre de la Santé espère avoir vacciné tous les Québécois qui le souhaitent au mois de septembre.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *