National
15:31 10 novembre 2020 | mise à jour le: 10 novembre 2020 à 15:31 temps de lecture: 3 minutes

COVID-19: pas d’allégement des mesures sanitaires pour le moment

COVID-19: pas d’allégement des mesures sanitaires pour le moment
Le premier ministre François Legault (Photo Métro Média – Josie Desmarais)

PANDÉMIE. Québec reconduit les mesures sanitaires en place pour freiner la pandémie de COVID-19 pour encore deux semaines. Le premier ministre François Legault a confirmé la nouvelle mardi, en attestant que la province n’avait pas suffisamment abaissé la courbe.

Les resserrements se poursuivront jusqu’au 23 novembre.

En reconduisant les consignes, à la fin du mois d’octobre, le gouvernement avait promis de les réévaluer deux semaines plus tard. Or, quatorze jours sont passés, et la courbe actuelle ne permet pas de penser qu’il est approprié de rouvrir les secteurs de l’économie, a précisé le premier ministre mardi.

La Santé publique a enregistré 38 nouveaux morts liés à la COVID-19 mardi. «On n’a pas réussi à réduire le nombre de nouveaux cas à chaque jour. Même qu’on voit depuis quelques jours une augmentation», a analysé M. Legault.

À quelques reprises, François Legault avait ouvert la porte à desserrer la vis depuis les fermetures de masse de début-octobre. La semaine dernière, il avait notamment évoqué de possibles visites à domicile. Le premier ministre est finalement revenu sur sa décision.

Secteurs sous surveillance

Si la situation demeure «stable» sur l’Île de Montréal, le premier ministre s’inquiète pour trois secteurs de la métropole: Dorval, Lachine et LaSalle. «On suit ça de proche», a indiqué le principal intéressé mardi, à l’Assemblée nationale.

La transmission est toutefois plus inquiétante dans le Saguenay–Lac-Saint-Jean, Lanaudière, la Mauricie, le Centre-du-Québec et la Gaspésie, a soutenu M. Legault. «Ce troisième groupe, là, vraiment, ça ne va pas bien», a souligné M. Legault.

«La majorité des régions sont soit stables, soit en augmentation», a-t-il ajouté.

Opération vaccin

Le chef de la Coalition avenir Québec a d’ailleurs profité de ce point de presse chargé, lundi, pour réagir aux résultats encourageants dans le développement du vaccin de Pfizer contre la COVID-19. Selon lui, il ne faut pas crier victoire tout de suite.

«Ce qu’on comprend, c’est que ça va prendre encore un certain nombre de mois avant qu’on puisse avoir vacciné une bonne partie de la population», a observé M. Legault.

Québec aura sa «plus que [sa] part» des 20 millions de doses commandées par le fédéral à l’entreprise pharmaceutique. Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, n’a toutefois pas voulu préciser combien. «Secrets d’État», a-t-il dit, en raison des négociations en cours.

Toujours est-il que le calcul n’est pas aussi simple qu’une simple proportion populationnelle. «Différentes proportions vont être comptées», a précisé le ministre.

Pour freiner la circulation du coronavirus, Québec devra vacciner «minimum 60% à 80%» de sa population, évalue le directeur national de santé publique. On parle d’au moins 5 millions de Québécois.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *