Société
13:38 16 octobre 2018

De secrétaire à camionneuse

PORTRAIT. Stéphanie Giguère, 32 ans, suit le programme de Diplôme d’études professionnelles en transport par camion. Mère de deux enfants et enceinte de son 3e, elle souhaite faire sa place et sa carrière dans le monde majoritairement masculin du camionnage. 

Stéphanie Giguère est étudiante mais aussi maman de deux enfants et enceinte de son 3e.

(Photo Métro Média – Perrine Gruson)

Stéphanie Giguère a fait un cours en secrétariat, un domaine dans lequel elle a travaillé quelques années. «Ça me prenait une job de 9h à 5h, j’étais maman monoparentale à l’époque [de sa première fille qui a actuellement 9 ans]», explique la Charlesbourgeoise.

«J’avais un TDAH non médicamenté et j’étais pas mal désorganisée dans mon travail, une job assise à un bureau toute la journée, ce n’est vraiment pas pour moi», confie la maman.

Stéphanie Giguère a eu la piqûre du camionnage depuis longtemps mais n’avait jamais franchi le pas. Son père était militaire et elle a voyagé dans de nombreux pays pendant toute son enfance, cela lui a donné le goût de la route. Son conjoint est camionneur et elle a plusieurs amis dans le domaine. «On a vu qu’il se donnait une formation pour les véhicules classe 3, mon chum m’a dit : vas-y tant qu’à ça fais la formation au complet!», raconte l’étudiante. Maman également d’un bébé de 13 mois, elle suit la formation de soir et de fin de semaine. «On s’arrange bien, je fais la routine du matin et mon chum celle du soir avec la petite», mentionne Mme Giguère. La jeune maman est consciente qu’elle peut se lancer dans ce projet d’études et de vie grâce à l’aide de son conjoint, particulièrement compréhensif parce qu’il travaille dans le domaine, selon elle.

Un projet au long cours

À la question: qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre formation et votre futur travail? Stéphanie Giguère répond: «Tout!», en riant. Elle aime surtout profiter des paysages lorsqu’elle fait de la route. Ce qu’elle aime moins c’est certaines parties techniques comme l’arrimage et le Flat-bed. «Cela consiste à lancer des chaînes par-dessus la remorque. Je ne suis pas grande et c’est assez difficile», fait-elle valoir. En plus de ces difficultés, sa formation lui a occasionné un autre gros défi: la conduite de camion se fait en mode manuel. «Je chauffais pas du tout manuellement avant», rapporte la future camionneuse.

Son projet de vie à très long terme est de conduire en équipe [ce qu’on appelle team dans le jargon du métier] avec son conjoint, ce qui veut dire partir à deux dans un camion et faire de la longue distance en se relayant. En attendant que ces enfants deviennent grands, Stéphanie Giguère aimerait travailler en tant que camionneuse pour du transport local ou régional (courtes distances et en journée). 

Stéphanie Giguère est l’une des rares filles de sa promotion. Au début, elles étaient trois filles pour 24 élèves, elles ne sont désormais plus que deux. «Les relations avec les gars sont plus simples, ils nous encouragent vraiment!», fait valoir la trentenaire.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *