Société
22:39 2 août 2016

Partage de légumes… Et plus si affinités!

AGRICULTURE URBAINE. Des jeunes trentenaires motivés qui souhaitent cultiver leur parcelle de terre, des aînés avec une cour ensoleillée au CHSLD du Faubourg: le mariage semblait trop beau aux yeux de l’organisatrice communautaire Isabelle Côté pour ne pas sauter sur l’occasion de joindre l’utile à l’agréable.

C’est à travers différentes discussions et tables de concertation qu’Isabelle Côté s’est rendu compte du besoin de la communauté d’espace collectif pour jardiner. «Ce n’est pas un secret pour personne, il n’y a pas beaucoup de terrains dans Saint-Jean-Baptiste, énonce-t-elle d’emblée. Par contre, il y a beaucoup de personnes qui sont intéressées à l’agriculture urbaine.»

Grâce au bouche-à-oreille dans son milieu, l’organisatrice a appris que la direction du soutien à l’autonomie des personnes âgées avait le souhait d’ouvrir les CHSLD à leur milieu pour favoriser la participation des citoyens. «Tout de suite, je me suis dit que j’allais sauter sur l’occasion», poursuit-elle. En moins de deux, elle a réussi à trouver tous les participants dont elle avait besoin, accumulant même une liste d’attente tout aussi longue.

La Fondation santé service sociaux de la Vieille-Capitale a donné le coup de pouce ultime au jardin collectif, en confirmant une aide financière de 10 000$ pour sa réalisation. «Les deux filons de cette fondation sont les projets novateurs et l’amélioration des conditions de vie des personnes âgées, énumère l’organisatrice communautaire. Encore une fois, je me suis dit que c’était pour moi.»

Un jardin à échelle humaine

Un dynamisme retrouvé plane sur la cour du centre d’hébergement Le Faubourg où les résidents viennent profiter du soleil d’été et de la compagnie des jardinières à l’œuvre. «Je trouve ça très beau, confie Mme Viviens, une résidente de 101 ans. Avant aussi j’avais un jardin, à l’arrière, c’était les légumes et à l’avant, les fleurs. C’était très beau.»

Pendant que les membres du projet jardinent, les résidents viennent observer, passent leurs commentaires sur les récoltes et découvrent même de nouveaux produits. Outre la récolte de produits frais, c’est cet échange avec les résidents qui intéressaient Mélissa Dubé et Rebecca Hennings à cette aventure. «À l’avenir, on souhaite de plus en plus faire participer les aînés ici dans notre travail, rapporte Mélissa Dubé. Une grande fête des récoltes est prévue à l’automne pour les jardinières, résidents et familles qui gravitent autour du centre d’hébergement.

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *