Société
15:00 28 août 2016

Exploration libre: un arrondissement, un parc

SORTIE. Envie d’explorer un nouveau coin de la ville de Québec? TC Media vous fait découvrir – ou redécouvrir – un parc de votre quartier et d’ailleurs en vous livrant quelques états d’âme et faits intéressants.

Le parc Chauveau dans les airs, sur la terre ou sur l’eau

Le plus grand terrain de jeu naturel de Québec se trouve encastré entre les boulevards Saint-Jacques et de l’Ormière, dans l’arrondissement des Rivières. Avec ses 120 hectares le parc Chauveau est le plus grand parc de la Ville.

En reviendrez-vous avec une bonne prise? Les amateurs de pêche y sont servis grâce aux 22 000 truites qui sont relâchées chaque année dans la rivière Saint-Charles, au cœur du parc. L’organisme Pêche en ville, qui s’en occupe depuis plus de 20 ans, offre d’ailleurs des formations aux pêcheurs en herbe au début de chaque saison.

Sur la terre ferme, les adeptes de ski de fond, de raquette, de marche et même de soccer peuvent aussi y trouver leur compte. Le réseau de sentiers qui court derrière le centre Michel-Labadie en passant par le stade Chauveau et la maison O’Neill permet d’ailleurs d’y revenir plus d’une fois à la découverte de nouveaux chemins.

Mentionnons finalement que le parc Chauveau se visite aussi des airs. Le parc d’hébertisme aérien Sarbayä s’y est installé en 2014 avec son réseau de 65 jeux aériens à difficulté progressive. Avec un peu d’huile de coude, les amateurs de voltige de plus de 6 ans peuvent y frôler la cime des arbres en passant au-dessus de la rivière et des clairières du parc, au fil d’une demi-douzaine de tyroliennes. Si les ornithologues apprécient le parc depuis ses sentiers, à parier qu’on peut aussi voir quelques résidents ailés du parc vu d’en haut! (M.L)

Le parc du Mont-Bélair: la nature accessible aux familles

Le parc du Mont-Bélair se situe dans le quartier Val-Bélair. Les départs des sentiers se font à la base de plein air La Découverte, qui offre une piscine extérieure et des jeux pour les enfants dont les camps d’été raffolent l’été.

Les sentiers de randonnée sont probablement ceux qui se rapprochent le plus d’un parc national ou provincial, en raison de la diversité de milieux, de faune et de flore. Mais ce qui diffère, c’est que ce parc pourtant urbain est accessible aux poussettes. Les sentiers sont plus ou moins larges selon leur emplacement, mais dans la boucle effectuée par la journaliste du Québec Hebdo, une poussette assez large passe aisément. Le parc du Mont-Bélair a donc le grand avantage de proposer des sentiers où les poussettes sont bienvenues, malgré les dénivelés et l’altitude. Le parc comprend trois sommets, dont le plus haut atteint 487m d’altitude. L’hiver, le parc se targue d’avoir huit pistes de ski de fond totalisant 55km ainsi que de la raquette, de la marche et des glissades. Le parc du Mont-Bélair est l’endroit idéal pour profiter de la nature en famille, en ne sortant pas de Québec. (P.G.)

Site historique de la Visitation: église à ciel ouvert

Difficile pour les résidents de Sainte-Foy de ne pas tomber sur le site historique de la Visitation. À l’angle de la route de l’Église et du Chemin Sainte-Foy, le parc public s’ouvre avec la charpente de l’ancienne église de Notre-Dame-de-Foy, désormais convertie en parc. Un endroit idéal pour les rêveurs qui, comme moi, viennent s’y recueillir le temps d’écrire quelques lignes.

À la recherche d’un lieu public pour lire un bon livre ou tout simplement relaxer, ce parc est un endroit à privilégier. L’ombre y est vaste et on ne manque pas de se trouver un coin à soi, aussi bien entre les murs de l’ancien lieu de culte que dans les allées du jardin public. Le hic: le trafic se fait entendre, surtout avec les travaux de l’autre côté de la rue. Choisissez bien votre moment pour y faire votre tour.

La structure métallique qui soutient l’ancien édifice a un je-ne-sais-quoi qui donne aux lieux un aspect poétique. Le même mélange d’émotion se retrouve du côté nord des lieux avec la nouvelle œuvre d’art public qui vient d’y être inaugurée, «la Spirale du temps».

Sportifs, même si vous n’êtes pas là pour contempler l’architecture de l’endroit, sachez que le clocher, où visiblement de nombreux oiseaux ont trouvé refuge, offre plusieurs paliers de marches à grimper. Amateurs d’art et de concerts, les vestiges de l’église ainsi que l’ancienne sacristie accueillent une programmation variée tout au long de l’été. Pour les jeunes technos, trois pokéstops se situent à quelques pas l’un de l’autre.

Côté pratico-pratique, on a une boulangerie juste en face qui peut servir pour les pique-niques ou les grignotines. Pour s’y rendre, les parcours 7, 13 et 22 du Réseau de transport de la capitale vous mèneront à bon port. Il y a également un stationnement situé à côté de l’actuelle église Notre-Dame-de-Foy. (P.B.)

Le jardins du Mont-Thabor

Situé dans le quartier Maizerets, le jardin du Mont-Thabor est en train de prendre forme. Sis à côté de la chapelle du Mont-Thabor, près de la 18e rue du boulevard Henri-Bourassa, il possèdera une entrée en arche rappelant l’architecture de l’ancien lieu de culte. Le parc permettra ainsi la conservation des arbres, alors que plusieurs édifices à condos ont vu le jour ou le verront prochainement. Équipé de jeux pour enfants, il saura faire le bonheur des jeunes familles, en plus devenir une aire de pique-nique. Son ouverture est prévue pour la fin septembre, voire début octobre. On pourra y accéder de l’avenue du Mont-Thabor et par l’avenue de l’Émérillon. (M.G.)

Le parc des Verveines dans l’ombre de Montagne-des-Roches

À Charlesbourg, on parle souvent du parc de la Montagne-des-Roches, mais beaucoup moins du parc des Verveines. Pourtant, ses sentiers pédestres à flanc de montagne n’ont rien à envier à ceux qui composent le décor enchanteur du premier. Accessible via l’avenue des Platanes, ce boisé de 4,5 hectares repose sur un îlot rocheux surélevé qui offre une vue imprenable sur Québec. Un réseau de sentiers de 2km avec escaliers permet une balade agréable parmi les sapinières à épinettes et les érablières rouges, lesquelles font écran à la ville qu’on a laissée à l’entrée du parc. La Ville de Québec privilégie d’ailleurs une intervention humaine minimale afin de conserver le parc des Verveines dans un état le plus naturel possible. Certains iront jusqu’à se croire en pleine forêt et s’allumeront de petits feux de camp sur le belvédère. Profitons-en pour rappeler que c’est interdit. (V.A.)

Rigolo le parc de la Cimenterie

Les parcs comportant des aires de jeux pour enfants ont beau être légion dans l’arrondissement de Beauport, celui de la Cimenterie se démarque quant à la nature des modules destinés aux petits (structures de jeux haute gamme de la série ICON de Kompan pour les 18 mois à 5 ans et les 6 à 12 ans) et aux équipements disséminés alentour visant davantage un public adulte. Inauguré en 2015, le parc a bénéficié d’un investissement de plus de 125 000$. Mais c’est avant tout la vue sur le fleuve qui a de quoi impressionner, vue que l’on peut admirer assis dans des bancs berçants (un peu raides), les premiers sur le territoire de la Ville. Invitée à donner son point de vue de professionnelle sur l’intérêt que représente le parc, la jeune Angélique Turgeon, 3 ans et demi, a jugé que «le parc est très rigolo». Le parc de la Cimenterie est situé dans le nouveau quartier résidentiel bâti sur les terrains de l’ancienne cimenterie, entre le 166 et le 180 rue Latouche. (T.M.)

Québec Hebdo

Equipe Redaction


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette