Société
15:50 30 juillet 2016

L’Agglomération doit considérer la fragilité du lac Saint-Augustin

ENVIRONNEMENT. Profitant des consultations publiques préalables à la révision du Schéma d’aménagement et de développement de l’Agglomération de Québec, le Conseil de bassin du lac Saint-Augustin (CBLSA) y va de quelques mises en garde et rappels. L’intention consiste à éviter que le petit plan d’eau vulnérable soit oublié et que les efforts pour assurer sa sauvegarde soient minés.

À cet égard, les membres du CBLSA accueillent favorablement le choix d’orienter la révision du schéma à partir de la Vision stratégique d’aménagement et de développement de l’Agglomération – 2040, développée à l’issue d’une consultation publique en 2015. Par contre, ils déplorent l’absence de toute mention du Plan directeur de l’eau (PDE) de la région hydrographique de Québec, élaboré par l’Organisme des bassins versants de la Capitale. Cet outil pourrait servir d’inspiration pour protéger la ressource.

Par ailleurs, le CBLSA accueille favorablement le fait que le schéma révisé a été élaboré en fonction du principe de développement durable. Cela permet de concilier la croissance démographique et les préoccupations environnementales. «Il en résulte une cible d’expansion du périmètre d’urbanisation d’à peine 2,5%. Or, le seul moyen d’atteindre cette cible est de densifier l’occupation du territoire. Ainsi, le schéma prescrit une densité minimale de 32 logements par hectare à l’intérieur du périmètre urbanisé. Toutefois, insiste l’organisme dans son rapport de 27 pages, cette cible peut difficilement s’appliquer dans un bassin versant fragile comme celui du lac Saint-Augustin.»

Le CBLSA rappelle que le plan d’eau présente un faible taux de renouvellement de ses eaux d’à peine deux fois par an. «Déjà, son bassin versant est fortement urbanisé dans sa partie sud et exploité à des fins agricoles dans sa partie nord. Or, plusieurs études ont mis en évidence le fait que le développement humain sur le bassin versant était à l’origine des problèmes de floraisons récurrentes d’algues bleu-vert observées dans le lac, dont l’état est maintenant considéré comme hypereutrophe.»

Recommandations

Le CBLSA y va de cinq recommandations visant à bonifier le contenu du schéma d’aménagement de l’Agglomération de Québec :

1) Qu’une dimension «eau» soit inscrite au schéma, en y intégrant les principes de gestion intégrée de l’eau par bassin versant. Cela pourrait se faire notamment en développant une grille d’évaluation des impacts du développement sur le milieu hydrique.

2) Que la Commission prenne connaissance du contenu du PDE et s’en inspire pour bonifier le contenu du schéma d’aménagement révisé, notamment en ce qui a trait au bassin versant du lac Saint-Augustin.

3) Que le bassin versant du lac Saint-Augustin soit soustrait de l’objectif de densification de 32 logements à l’hectare dans le périmètre urbain mis de l’avant dans le schéma d’aménagement, pour cause de protection de l’intégrité du milieu aquatique.

4) Que la Ville de Québec définisse ses intentions quant au développement du «milieu naturel» identifié au nord-est du lac à l’occasion de l’élaboration de son plan d’urbanisme et que la portion du bassin versant du lac Saint-Augustin comprise à l’intérieur du périmètre urbain soit classée de façon spécifique.

5) Que toute extension éventuelle du périmètre d’urbanisation à l’intérieur du bassin versant du lac fasse l’objet d’un examen préalable de l’impact sur l’état du lac, de façon à permettre la mise en oeuvre de mesures d’intégration ou d’atténuation.

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *