Société
22:50 24 septembre 2016 | mise à jour le: 24 septembre 2016 à 22:50 temps de lecture: 3 minutes

Cuisiner : bonne recette pour atténuer les troubles de l’attention

APPRENTISSAGE. Parfois, il n’y a rien de mieux que d’être plongé dans le feu de l’action, pour atténuer pendant un moment les difficultés qui peuvent nous indisposer et compliquer nos relations avec autrui. C’est l’expérience qu’ont vécue huit jeunes de 10 à 13 ans de Québec ayant un trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H), alors qu’ils étaient invités à prendre part à l’activité des «Apprentis-Chefs».

L’événement très spécial était organisé par l’Association Panda Capitale nationale, un organisme dédié notamment à l’amélioration de la vie sociale des personnes atteintes de TDAH. Le rendez-vous exclusif était donné, samedi matin, dans les cuisines de l’École de tourisme, d’hôtellerie et de restauration du Collège Mérici. Il se déroulait sous la supervision du grand chef Steve McCandless.

Équipés de tabliers et sensibilisés aux notions de base de la cuisine, les jeunes participants ont mis la main à la pâte pour préparer un repas à être servi à leur famille. Chaque petit cuisinier avait la possibilité de convier cinq invités.

Pendant qu’ils s’activaient aux fourneaux, parents, grands-parents, sinon parrains et marraines assistaient à une conférence du Dr. Richard Bélanger sur la problématique du TDA/H. L’expert en pédiatrie a expliqué la thérapie cognitivo-comportementale, qui consiste en une approche multimodale alliant médication et psychothérapie.

«Le but de cette activité, qui se déroulait simultanément dans d’autres régions du Québec en cette Journée internationale du TDAH, consistait à faire vivre une expérience hors du commun à ces jeunes déjà intéressés par la cuisine. Ils se sont retrouvés dans les installations similaires à un grand restaurant, pour partager leur passion avec d’autres enfants comme eux», souligne Marie-Sigrid Lefebvre, éducatrice spécialisée chez Panda.

Défi de taille

Selon celle-ci, le défi était de taille puisque la cuisine englobe des notions de concentration, de gestion de temps et d’organisation. Or, il s’agit d’autant de lacunes qui sont souvent dépistées chez les enfants affectés de TDAH. «Il devient d’autant plus important de permettre à ces jeunes, qui éprouvent souvent des difficultés dans plusieurs sphères de leur vie en raison de leur problématique et dont l’estime de soi est faible, de participer à un moment de réussite. Ils en seront fiers et en garderont de bons souvenirs», explique Mme Lefebvre.

De plus, l’activité mise également sur l’espoir de développer un intérêt chez les «Apprentis-Chefs» pour maintenir éveillé leur passion pour la cuisine. En guise de renforcement après avoir servi en salle à manger le repas qu’ils ont concocté pour leurs parents, les jeunes sont repartis avec tablier, toque et guide de recettes. Il y a fort à parier que le cuistot qui se trouve en chacun d’eux ressurgira dans les prochains jours.

Repas 3 services des «Apprentis Chefs»

-Potage : Crème de poivrons deux couleurs

-Plat principal : Saucisses de lapin et poire, avec sa gaufre de pommes de terre et courges spaghetti

-Dessert : Îles flottantes à la crème anglaise

Pour plus d’information : www.pandacapitale.org

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *