Société
15:17 5 février 2017 | mise à jour le: 5 février 2017 à 15:17 temps de lecture: 8 minutes

Attentat à Québec: Une nation bouleversée

LIGNE DU TEMPS. Une semaine jour pour jour après les attentats de Québec, voici un retour chronologique sur les tristes événements qui ont secoué la capitale nationale et le Québec en entier depuis le 29 janvier.

TC Media – Archives

Dimanche (29 janvier):

19h55: Plusieurs appels entrent à la centrale 911 indiquant que des coups de feu auraient été tirés au 2877, chemin Sainte-Foy, au Centre culturel islamique de Québec. Les policiers se rendent sur les lieux, constatent rapidement qu’il y a plusieurs victimes et procèdent à l’arrestation d’un premier suspect.

20h10: un deuxième suspect communique avec la centrale 911. Il mentionne être armé mais vouloir collaborer. Il attend, près du pont de l’île d’Orléans, sur les feux d’urgence. Il est maîtrisé et arrêté vers 21h.

21h: Une autre unité du Groupe tactique d’intervention est déployée à la mosquée pour soutenir le Service de police de la Ville de Québec et s’assurer qu’il n’y a pas d’autres suspects.

22h: La structure de gestion policière contre le terrorisme est déployée sous le commandement de la GRC.

22h53: Le maire de Québec Régis Labeaume réagit sur sa page Facebook : «Québec est en deuil ce soir.» Il ajoute que l’intolérance est injustifiable et inacceptable.

Lundi (30 janvier):

Vers minuit et demi, un premier bilan a été établi par la Sûreté du Québec faisant état de six morts et cinq blessés grièvement.

1h30: Un point de presse de Philippe Couillard, Régis Labeaume et Martin Coiteux a lieu dans le hall du ministère de la Sécurité publique. Le premier ministre Couillard qualifie l’acte de terrorisme. «Ça me semble être une évidence : il s’agit d’une communauté qui a été visée par acte de violence.»

En matinée: des perquisitions sont effectuées dans le secteur Sainte-Foy à l’appartement d’Alexandre Bissonnette, le principal suspect.

8h: Le CHU de Québec fait un bilan des blessés et confirme cinq personnes dans un état critique.

8h30: L’université Laval a tenu un point de presse pour partager sa consternation. Des rumeurs évoquaient que le ou les suspects étaient étudiants à l’Université. Cette information n’a toutefois pas été confirmée à ce moment.

9h: Les corps de police font un point de presse dans lequel peu d’informations sont dévoilées: on apprend cependant que les suspects n’étaient pas connus des autorités.

10h: Un rassemblement politique non partisan se tient devant l’Hôtel de Ville. «C’est un jour triste pour la communauté musulmane de Québec, mais également pour le Québec et le Canada, a soutenu Malek Oueriemni, un représentant de la mosquée de Québec.»

11h: La Commission scolaire des Découvreurs fait une mise au point de sa politique de protection des élèves, puisque plusieurs écoles de son territoire sont situées proche du lieu de l’attentat. Elle confirme également qu’au moins 10 élèves ont perdu un parent ou un oncle la veille.

Midi: La Sûreté du Québec tweete que le 2e suspect est plutôt considéré comme témoin. Alexandre Bissonnette devient le seul suspect de l’attentat. La police déclare la situation sous contrôle.

12h30: Les radios commerciales de Québec sont pointées du doigt par plusieurs pour avoir attisé l’intolérance au cours des dernières années. André Arthur affirme que de rejeter la faute sur les «radios-poubelles» était prévisible. «Je me demandais qui serait le premier commentateur à mettre ça sur le dos de la radio», en nommant François Bourque, du quotidien Le Soleil.

17h30: Le coroner et la SQ font le bilan de l’enquête et dévoilent le nom des victimes : il s’agit de Mamadou Tanou Barry, 42 ans, originaire de la Guinée; son frère Ibrahima Barry, 39 ans; Abdelkrim Hassane, 41 ans d’Algérie; Khaled Belkacemi, 60 ans lui aussi d’Algérie; Aboubaker Thabti, 44 ans de Tunisie; Azzeddine Soufiane, 57 ans, du Maroc.

18h: Veillée citoyenne avec la plupart des membres de la classe politique a eu lieu près du lieu de la fusillade. Plus de 6000 personnes y prennent part pour soutenir la communauté.

Mardi (31 janvier):

9h15: Un nouveau bilan des blessés est réalisé par le CHU de Québec. Deux victimes sont toujours dans un état critique et instable.

Midi: Rassemblement pour le professeur Belkacemi à l’Université Laval, une des six victimes.

16h: moment de recueillement et de témoignage de soutien de la Faculté des sciences politiques où étudiait le suspect Alexandre Bissonnette.

17h30: Alexandre Bissonnette est formellement accusé de 11 chefs, soit six pour meurtre au premier degré et cinq pour tentative de meurtre. L’étudiant universitaire de 27 ans reviendra devant la Cour le 21 février pour la divulgation de la preuve déposée contre lui.

18h:Point de presse de l’association des étudiants musulmans de l’Université Laval. L’Association doit composer avec une double tragédie: celle d’avoir perdu des membres de la communauté musulmane et universitaire, mais également celle où l’homme accusé d’avoir commis ces actes odieux était un confrère étudiant.

19h: Messe à l’église Notre-Dame-de-Foy en communion avec les victimes de l’attentat à la grande mosquée. Le cardinal Gérald Cyprien Lacroix et le cofondateur du Centre culturel islamique de Québec, Boufeldja Benabdallah, ont pris la parole pour montrer que nous ne sommes en réalité qu’une seule et même communauté.

Mercredi (1er février):

8h: Les portes du Centre culturel islamique de Québec se sont ouvertes mercredi sur une scène de crime pour ainsi dire intacte. Des taches de sang étaient visibles sur les murs et les tapis; les trous laissés par les balles dans les murs et les fenêtres étaient apparents; l’émotion était palpable.

Midi: Hommage à Azzeddine Soufiane. «Il a diminué le nombre de victimes avec son corps». La voix nouée par les larmes, le vice-président du Centre culturel islamique de Québec a livré un vibrant hommage à l’une des six victimes de l’attentat de dimanche, Azzeddine Soufiane. Alors qu’il aurait pu rester à l’abri du tireur, il a plutôt couru vers lui pour tenter de le désarmer, a assuré Mohamed Labidi, en retraçant la manœuvre jusqu’à montrer l’endroit encore taché de sang où le marocain de 57 ans est tombé sous les balles. «C’est un véritable héros», a-t-il répété, en sanglots.

En après-midi : Le maire Labeaume croit que le Carnaval de Québec doit se poursuivre. «Il faut renouer avec nos traditions chaque année, cette année comme d’autres et peut-être cette année particulièrement», a-t-il dit.

Jeudi (2 février):

13h:Cérémonie de trois des victimes à Montréal, soit Aboubaker Thabti, Khaled Belkacemi et Abdelkrim Hassane. Le président du Centre culturel islamique de Québec, Mohammed Yangi, fait surgir l’espoir: «Nous ne sommes pas des terroristes. On pratique un islam qu’on utilise à tous les jours, avec lequel on éduque nos enfants, avec lequel on est avec vous pour bâtir ce pays. Ces terroristes se cachent derrière le voile de l’islam, surtout, au niveau des médias, on souhaite que vous fassiez vraiment la part des choses, pour qu’on s’éloigne du discours haineux.»

Vendredi (3 février):

Midi : Funérailles de Mamadou Tanou Barry, Ibrahima Barry et Azzeddine Soufiane au Centre des congrès de Québec. Le maire Labeaume annonce que la communauté musulmane pourra avoir son cimetière. Le premier ministre Trudeau a ajouté que «c’est à chacun d’entre nous que revient la responsabilité de mener la lutte contre l’injustice et la discrimination au quotidien».

Samedi (4 février):

À l’aube: le Centre culturel islamique rouvre ses portes pour la prière, malgré les rénovations. Pendant la journée, plusieurs centaines de personnes visitent les installations. Le président Mohamed Yangui annonce que la salle de prière sera réaménagée.

9h30: Le CHU de Québec donne un nouveau bilan de l’état des victimes. Des trois personnes toujours hospitalisées à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, deux sont toujours dans un état critique tandis que l’état du troisième patient s’est stabilisé.

11h30: L’Université Laval revient sur les événements. Elle travaille à s’assurer que tous les futurs étudiants se sentiront en sécurité sur le campus, alors que des tracts d’extrême-droite ont été placardées sur des babillards du campus, plus tôt dans la semaine.

Aujourd’hui (5 février):

Midi:Marche du PEPS de l’Université Laval jusqu’à l’Assemblée nationale en mémoire des victimes de l’attentat.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *