Société
19:54 14 décembre 2017 | mise à jour le: 14 décembre 2017 à 19:54 temps de lecture: 5 minutes

Michel Allard reçoit le Prix de la famille Weston

MÉRITE. L’édition 2017 du Prix de la famille Weston pour les réalisations de toute une vie dans le domaine des recherches nordiques est remis à Michel Allard. Le charcheur de Québec a été un pionnier notamment dans la connaissance des particularités du pergélisol.

Dr. Michel Allard, au centre, récipiendaire du Prix de la Famille Weston assorti d’une bourse de 100 000$.

(Photo gracieuseté – CNW)

«En mettant les relations avec les communautés autochtones et inuites au cœur de ses travaux, M. Allard a révolutionné la façon de faire de la recherche dans le Nord. Ses travaux ont débouché sur des progrès scientifiques et le déploiement d’une structure de développement durable en phase avec les réalités de la région, affirme Geordie Dalglish, directeur de la Fondation W. Garfield Weston et président du comité du nord. Nous sommes très heureux de lui décerner le Prix de la famille Weston pour souligner sa contribution exceptionnelle à l’avancement de la science et au renforcement des liens avec les communautés du Nord canadien.»

La carrière de Michel Allard reflète son incommensurable passion pour la science des milieux nordiques et sa détermination à mettre ses recherches et son expertise au service de l’environnement et des populations du Grand Nord.

Les recherches qu’il mène depuis une quarantaine d’années au Nunavik, dans le nord du Québec, ont fait beaucoup pour notre compréhension de la dynamique du pergélisol et des conséquences des changements climatiques sur l’Arctique. On lui doit plusieurs méthodes et technologies novatrices qui font désormais partie de l’arsenal d’outils utilisés par les collectivités pour l’aménagement du territoire et la formulation de politiques.

Les liens de confiance qu’il a su tisser avec les communautés autochtones et inuites et son talent de vulgarisateur ne sont pas étrangers à son succès. En effet, ardent partisan de la collaboration avec les gens du milieu, Michel Allard prend le temps de leur expliquer les résultats de ses travaux et de répondre à leurs questions pour qu’ils en comprennent bien les tenants et aboutissants et qu’ils puissent les traduire en mesures concrètes Pas étonnant qu’il ait créé des solutions pratiques qui ont amélioré la qualité de vie de ces populations.

Production scientifique

Michel Allard a signé ou cosigné quelque 130 articles pour des revues scientifiques. Il est aussi l’auteur de 50 rapports sur l’impact de la dégradation du pergélisol sur les populations locales et les infrastructures. Il a encadré 120 étudiants, insufflant à la relève scientifique sa passion de l’Arctique et le respect de ses habitants. Il siège à plusieurs comités directeurs d’entreprises des secteurs des mines et du transport présentes dans le Nord canadien.

«C’est avec humilité que j’accepte le Prix de la famille Weston, a dit Michel Allard. Au fil de mes collaborations avec mes collègues scientifiques, chercheurs professionnels et étudiants des cycles supérieurs, j’ai eu le grand privilège de travailler étroitement avec les populations du Nunavik et du Nunavut sur les conséquences du réchauffement de la planète pour le pergélisol et pour les populations inuites et autochtones vulnérables.»

Michel Allard a reçu la bourse de 100 000$ à l’occasion de la conférence Arctic Change 2017 organisée à Québec par le Réseau de centres d’excellence ArcticNet, le plus important rassemblement du genre au Canada. La bourse se compose d’une première une tranche de 50 000$ remise directement au lauréat, d’une deuxième tranche de 50 000$ qui servira de bourse pour une formation postdoctorale de son choix et de fonds additionnels destinés aux relations avec les Inuits et aux déplacements.

La Fondation W. Garfield Weston remettait cette année le 7e Prix de la famille Weston en reconnaissance du leadership et de l’engagement de toute une vie dans le domaine des recherches nordiques. Depuis 2007, la Fondation accorde une place de choix à la science et à la recherche dans le Grand Nord canadien pour combler le manque de financement dans ce domaine; elle a remis à ce jour plus de 28M$.

Le Prix de la famille Weston est administré par l’Association universitaire canadienne d’études nordiques (AUCEN). Lauréats précédents: Serge Payette (2011), Louis Fortier (2012), John Smol (2013), Charles Krebs (2014), Ian Stirling (2015) et John England (2016).

À propos de la Fondation W. Garfield Weston

La Fondation W.Garfield Weston est créée en 1958 par Willard W. Garfield Weston, son épouse Reta et leurs neuf enfants, mus par leur volonté de redonner aux Canadiens une partie des bénéfices générés grâce à leur dur labeur. Elle contribue au financement de projets dans les domaines de la neuroscience, de la conservation des terres, de l’éducation et de la recherche nordique.

(Source: CNW)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *