Société
20:41 1 mars 2017 | mise à jour le: 1 mars 2017 à 20:41 Temps de lecture: 4 minutes

L’acte de mariage des premiers colons français retrouvé

HISTOIRE. Un document historique que l’on croyait disparu refait surface juste à temps pour le 400e anniversaire de l’arrivée de la première famille française débarquée en Nouvelle-France.

L’historien Jacques Mathieu avec une reproduction de l’acte en mains.

Les historiens de Québec ont désormais en main la pièce manquante de l’histoire de Louis Hébert, Marie Rollet et leurs trois enfants, première famille française à s’être installée en Nouvelle-France. Alors qu’on les a cru mariés à l’église Saint-Germain-l’Auxerrois dans le 1er arrondissement de Paris en 1602, un acte trouvé par hasard vient confirmer qu’ils ont plutôt uni leur destinée en 1601 à l’église Saint-Sulpice du 6ᵉ arrondissement de Paris.

L’acte rendu public mercredi vient ainsi briser une croyance vieille de 400 ans. C’est un Québécois, Gilles Brassard, qui a fait la découverte en fouillant les Archives nationales de France pour retrouver ses ancêtres. Ne sachant pas trop à quoi il avait affaire, il a transmis l’acte aux historiens de Québec qui l’ont analysé, raconte le généalogiste et historien Marcel Fournier. « Plusieurs paléographes se sont penchés dessus et tout le monde s’accorde maintenant à dire que c’est bien l’acte de mariage de Louis Hébert et Marie Rollet! », a-t-il déclaré d’un air triomphant.

Pour l’histoire de Québec, cette découverte est majeure, se réjouit l’historien Jacques Mathieu. L’acte vient notamment préciser les dates charnières de la vie du couple.

L’arrivée de Louis Hébert et Marie Rollet a été un « événement fondateur » pour Québec,   rappelle celui qui cosigne un ouvrage complet, notamment en raison de toute la descendance qu’ils ont engendrée. Aujourd’hui, des milliers de Québécois les ont pour ancêtres, dont les familles Couillard, Beaumont et Guillemette.

Une trentaine d’entre eux se verront d’ailleurs remettre des parchemins officiels établissant leur lignée des mains par la Société de généalogie du Québec, dans le cadre des commémorations du 400e anniversaire de leur arrivée à Québec.

Une reproduction du document historique.

Commémorations

Louis Hébert, premier pharmacien de la colonie et sa femme Marie Rollet ont été un exemple de résilience qui a toujours des échos dans la société moderne, relatent les historiens. Après avoir quitté la France pour fuir les guerres de religion, ils ont colonisé, cultivé, guéri et enseigné. Ils ont notamment entretenu des liens serrés avec les Amérindiens.

Leur histoire sera soulignée de différentes façons au cours de l’année. Un total de 25 activités organisées par 27 organismes partenaires sont au programme.

La Faculté de pharmacie de l’Université Laval sera notamment partenaire pour souligner l’apport de Louis Hébert en pharmacie et en botanique.

Le 3 juillet, fête de Québec, la Ville fera hommage à Louis Hébert et Samuel de Champlain avec une reconstitution 3D ajoutée à l’application Découvrir Québec.

Les Fêtes de la Nouvelle-France ont aussi l’intention de souligner l’anniversaire, de même que la nation huronne-wendat. De nombreuses conférences sont autrement prévues.

Au cours du mois, l’historien Marcel Fournier compte par ailleurs se rendre dans le 6e arrondissement de Paris avec le projet de concrétiser l’installation d’une plaque commémorative dans l’actuelle église Saint-Sulpice pour immortaliser l’union des deux premiers colons de la Nouvelle-France.

TC Media 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *