Société
02:35 4 juin 2017 | mise à jour le: 4 juin 2017 à 02:35 temps de lecture: 3 minutes

Maladie de Lyme: une affection en croissance… et coûteuse

SANTÉ. Plus d’une centaine de personnes se sont donné rendez-vous samedi dans le parc de la Francophonie, près du parlement de Québec. Ce rassemblement, répété ailleurs au Canada, avait pour but de sensibiliser la population à la maladie de Lyme.

La centaine de personnes se sont donné rendez-vous samedi dans le parc de la Francophonie, près du parlement de Québec.

TC Media – Geoffré Samson

Les symptômes apparaissent généralement entre 3 et 30 jours suite à la piqure d’une tique infectée. Cette maladie ne fait pas de discrimination et peut affecter les plus jeunes, comme les plus vieux.

Au Québec, il semble difficile pour un médecin d’établir un diagnostic pour la maladie de Lyme. « Elle est souvent confondue avec la fibromyalgie », selon Christian Tremblay qui est infecté depuis juillet 2012. Il a dut effectuer ses propres recherches pour découvrir ce qu’il avait réellement.

Cette infection est en croissance au pays

La semaine dernière, le gouvernement fédéral a annoncé une somme de 4 M$ pour la création d’un réseau de recherche sur cette maladie. La Régie de l’assurance-maladie du Québec (RAMQ) ne couvre pas encore les frais liés aux médicaments pour les patients qui consultent aux États-Unis.    

« Je me fais soigner à New York depuis le mois de mars 2017 et ça m’a coûté plus de 19 000$, à date. », exprime Marie-Ève Lapierre qui est infectée depuis août 2014. Elle mentionne avoir eu une paralysie faciale, d’importantes pertes de concentration, de mémoire et de la parole. À ce jour, Mme Lapierre a perdu 50% de sa sensibilité du côté gauche de son corps. Âgée de 36 ans, la femme dit qu’il lui reste de 3 à 6 ans de traitements.

Adam, 10 ans

TC Media – Geoffré Samson

Les jeunes enfants semblent bénéficier de certains avantages couverts par la RAMQ. Adam, a eu l’infection alors qu’il avait 8 ans. Suite à une paralysie, il s’est fait traiter à l’hôpital Sainte-Justine de Montréal. Les spécialistes n’ont jamais vu de rougeur ni de tique. Le jeune Adam a obtenu un traitement de 10 mois et n’a conservé aucune séquelle.

D’autres diagnostics erronés peuvent changer des vies

L’organisatrice de cette mobilisation, Rachel Guignard, est atteinte de la maladie depuis 2001. Son médecin lui avait annoncé qu’elle était atteinte de la sclérose en plaques. Elle souffrait de troubles neurologiques, de vision, de la difficulté à parler, en plus de problèmes cardiaques. Son équilibre en était affecté au point de marcher avec une canne.

Rachel Guignard, organisatrice

TC Media – Geoffré Samson

« J’ai souvent pensé que je ne survivrais pas à la sclérose en plaques, j’étais prête à mourir pour ne pas souffrir. », exprime tristement Mme Guignard. Depuis 2 ans, elle se fait traiter pour la maladie de Lyme dans une clinique de Plattsburgh, par la Dre Maureen McShane, spécialisée pour ce type d’infection.

« Ma vie a changé à 95% depuis mon nouveau diagnostic, j’aimerais que les médecins soient plus renseignés sur cette maladie », demande Mme Guignard au gouvernement du Québec.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *