Société
00:03 31 juillet 2017 | mise à jour le: 31 juillet 2017 à 00:03 temps de lecture: 3 minutes

Il y a 55 ans, des femmes africaines se levaient

COMMUNAUTÉ. Le 31 juillet 1962, des femmes africaines se réunissaient pour la première fois en Tanzanie, témoignant de leur capacité à réaliser certaines actions afin de conduire vers d’importants changements sur le continent. La route a été tracée depuis plus d’un demi-siècle, mais il en reste encore à parcourir.

Par Geoffré Samson

Un duo improvisé: Le percussionniste Emmanuel Delly (Afrovibes), accompagné de la chanteuse et musicienne Bianca (Mia Lotus).

(Photo TC Media – Geoffré Samson)

Afin de souligner la diversité et la contribution des femmes d’origine africaine sur la planète, le Service de référence en périnatalité pour les femmes immigrantes de Québec (SRPFIQ) a profité de cette journée historique pour faire découvrir la culture et la maternité des pionnières ayant contribué à leur société d’accueil.

Pour cette première édition, l’équipe de SRPFIQ était au Collectif Les Accompagnantes, à la Maison Henri-Bergeron, un regroupement de Loretteville. Le but de l’événement était de favoriser les échanges entre les visiteurs, d’avoir une ouverture sur la culture, et de renseigner sur le sujet de la périnatalité.

Un goûter avec des mets typiques était proposé. Il y avait aussi des ateliers de bricolage, une courte prestation musicale de guitares et djembé, ainsi que des histoires traditionnelles d’Afrique offertes par le conteur Rodrigue Barbé, le tout présenté dans une atmosphère familiale.

« La journée est peu ou pas connue au Québec. Nous aimerions créer une occasion unique d’échange entre les différentes communautés », explique Marielle M’Bangha, agente de projet. Elle ajoute que ce service est temporairement dans cette région, et devrait retourner au YWCA de Québec dans les prochaines semaines.

L’histoire de « la femme africaine »

Le 31 juillet a été consacré Journée de la femme africaine, à l’occasion du premier congrès de l’Organisation panafricaine des Femmes qui s’était tenu au Sénégal, le 31 juillet 1974. Une époque où les peuples africains commençaient peu à peu à se libérer de la tutelle des pays colonisateurs. Les objectifs prioritaires devenaient alors la libération totale du continent africain, l’élimination de l’apartheid et l’instauration d’une justice commune qui défende les droits de l’Homme en tant qu’être humain.

Il y a 55 ans, l’initiative de la militante féministe malienne, Awa Kéita, a permis de créer la première organisation de femmes: la Conférence des Femmes Africaines (CFA). Cette conférence, qui a été promulguée par l’Organisation des Nations Unies un an plus tard, a évolué de différentes façons depuis les dernières décennies, permettant une solidarité reliant le monde entier.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *