Société
13:28 26 octobre 2017 | mise à jour le: 26 octobre 2017 à 13:28 temps de lecture: 3 minutes

2,5M$ pour rénover le Marché du Vieux-Port

INVESTISSEMENT. Le comité des citoyens du Vieux-Québec (CCVQ) demande 2,5M$ à la Ville pour rénover le Marché du Vieux-Port. Depuis de nombreux mois, le maire Labeaume maintient que le projet de déménagement du marché public vers ExpoCité serait la meilleure solution, ce qui ne ferait pas l’unanimité.

Le Marché du Vieux-Port serait encore très fréquenté.

(Photo TC Media – Geoffré Samson)

En décembre 2014, la Ville avait annoncé qu’un investissement de 5,5M$ servirait à la mise à niveau du marché. Pour des raisons encore nébuleuses, ce montant n’était plus disponible cinq mois plus tard.

La présidente du CCVQ, Hélène Long, en compagnie de Jean Rousseau.

(Photo TC Media – Geoffré Samson)

En point de presse, le CCVQ représenté par sa présidente Hélène Long, accompagnée de Jean Rousseau, ancien président du comité et candidat pour Démocratie Québec dans Cap-aux-Diamants, estime qu’il n’y a aucune raison de fermer l’établissement. « De 2009 à 2016, le Marché du Vieux-Port a attiré, en moyenne, 1,2 million de personnes par année. De plus, selon les états financiers des commerçants, les revenus bruts seraient passé de 857 537$ à près de 1,4M$, en 2016. »

Selon Mme Long, certains marchands ne désirent pas déménager vers le futur emplacement.

Le CCVQ n’apprécie pas le manque d’écoute de la Ville de Québec. Elle n’aurait pas tenu de consultation publique sur le déménagement du marché, ni pris en considération une pétition de plus de 10 000 noms. Mme Long dit qu’un élu leur a dit « Vous faites du cinéma politique ».

La Ville de Québec aurait mentionné au CCVQ qu’elle aurait un rapport de spécialiste qui démontre que le marché serait « dangereux », ce que dément M. Rousseau. Il affirme qu’un ingénieur a dit le contraire. Quelle que soit la condition du bâtiment, aucun parti n’a un rapport ou un document qui valide ces faits.

Aussi, le CCVQ met en doute l’impartialité des gestionnaires, la Coopérative des horticulteurs du Québec, qui privilégieraient certains locataires et membres. « Il y aurait du favoritisme pour la localisation de certains commerces », dénonce Mme Long. Elle ajoute qu’il y a une section qui s’appelle « l’aile de la mort », où l’achalandage est moindre et que des commerçants s’y retrouvent bien malgré eux.

Le comité propose que la somme prévue de 2,5M$ pour 15 étals saisonniers à la Place de Paris serve au Marché du Vieux-Port et de permettre les travaux selon les plans et devis déjà réalisés. Il manquerait aussi une fruiterie à l’année, une boucherie classique, une boulangerie artisanale et un prêt-à-manger.

Le Grand Marché devrait être inauguré d’ici le printemps 2019 à un coût estimé à 20M$.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *