Politique
14:42 6 juillet 2018

Raymond Dion quitte Équipe Labeaume

POLITIQUE. Raymond Dion, conseiller municipal du district de Loretteville-Les Châtels, a annoncé ce matin qu’il quittait Équipe Labeaume, pour siéger dorénavant comme indépendant. Il ne veut plus être lié à une ligne de parti et retrouver sa liberté de parole.

Raymond Dion sera conseiller indépendant lors de la rentrée automnale.

Alain Couillard – Métro Média

Président d’Arrondissement de La Haute-Saint-Charles depuis 2013, il est impliqué en politique municipale depuis 17 ans. Raymond Dion a été élu une première fois en 1997 à la Ville de Loretteville jusqu’en 2001. Il a fait son entrée comme élu à la Ville de Québec en 2005, étant membre du comité exécutif de 2007 à 2009 et président du RTC de 2009 à 2013.

«J’ai avisé ce matin le maire et le greffier de la Ville.» Il affirme ne pas avoir de regret de cette aventure qui le lie à Équipe Labeaume depuis 10 ans. M. Dion est convaincu que d’agir comme conseiller indépendant servira au mieux la population qu’il représente. Le fait que son collègue Jonatan Julien soit devenu le premier à quitter Équipe Labeaume, dans un tout autre contexte, a contribué à sa réflexion, soutient-il. «Je veux voter librement sur tous les dossiers de la Ville sans avoir à respecter la ligne de parti et la nécessaire solidarité entre élus d’une même formation.»

Raymond Dion n’y va pas dans la dentelle en déclarant que la plupart des conseils municipaux sont composés de conseillers indépendants. «La présence de véritables partis politiques, au sein des conseils municipaux au Québec et au Canada, est davantage une exception qu’une règle. À mon sens, la multiplicité des points de vue exprimés enrichit le débat démocratique.»

Droit de parole

Interrogé sur le fait que le secteur de la Haute-St-Charles a été celui où la population a manifesté le plus d’opposition au dossier du transport structurant, Raymond Dion rappelle qu’il a été président du RTC pendant quatre ans. «Je n’étais pas d’accord avec le SRB et surtout pas avec le tracé sur le boulevard Charest.»

Quant au projet structurant annoncé, il a vivement déploré que tout l’Arrondissement de La Haute-St-Charles soit très mal représenté. «Je me pose également des questions sur toute la partie Lebourgneuf, qui est un pôle d’emplois et commercial. Je n’ai pas eu la facilité de faire valoir mon opinion sur le tracé. Qu’on examine ensemble des scénarios plutôt que d’arriver devant un fait accompli où tout est canné.»

Le dossier de l’Espace Innovation Chauveau a aussi été un irritant pour le conseiller. Il souligne que le Groupe Dallaire devait implanter un projet immobilier de 6500 portes et une partie de ce développement devait inclure un secteur industriel léger. «Là, on est arrivé avec zéro habitation. J’aurais aimé amener mon point de vue, car il manque 4000 unités d’habitations, principalement du jumelé et de l’unifamilial.»

Raymond Dion réaffirme son appui au Groupe Simons, «il fallait lui trouver une place, mais cela n’empêchait pas la poursuite d’un projet immobilier.»

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *