Politique
17:56 20 février 2017 | mise à jour le: 20 février 2017 à 17:56 temps de lecture: 2 minutes

Le terrain d’Harmonia est ciblé

SAINT-APPOLINAIRE. Le directeur de la société spécialisée dans le domaine funéraire Harmonia, Sylvain Roy, confirme que c’est son terrain qui est convoité par la communauté musulmane de Québec pour y installer un cimetière.

Le cimetière musulman de Laval, près de Montréal.

«C’est prévu que ça se fasse ici, certifie-t-il. Les discussions sont en cours depuis cet automne. Ça précédait les tristes évènements [au Centre islamique de Québec].» M. Roy précise que les discussions sont déjà avancées pour l’achat d’un terrain de 60 000 pieds carrés, adjacent aux bureaux de l’entreprise à Saint-Apollinaire.

Ce dernier mentionne qu’il reste des éléments réglementaires à considérer. Tout d’abord, seules des cendres peuvent être enterrées en ce moment sur le terrain d’Harmonia. Il faudra alors demander un ajustement pour autoriser l’inhumation de corps puisqu’il n’est pas coutume pour les musulmans de se faire incinérer.

En lien avec cette modification, Harmonia devra déposer un plan environnemental au ministère de l’Environnement pour évaluer les impacts de cette pratique.

Enfin, Sylvain Roy assure qu’il veut vérifier l’acceptabilité sociale, même si aucune obligation ne l’exige. Le sociétaire indique que cette démarche s’inscrit dans une volonté de respecter toute la population que son entreprise dessert. «On fait partie d’une communauté», rappelle-t-il. 

Services aux musulmans

Sylvain Roy considère qu’offrir une partie du terrain d’Harmonia à la communauté musulmane correspond directement au caractère laïc de son entreprise. «On dessert toutes les religions», expose-t-il.

Le directeur explique que, généralement, les musulmans décédés ne sont pas incinérés et leur corps n’est pas embaumé. Il faut donc qu’il soit mis en terre dans les 24 heures suivant le décès. Or, comme le seul cimetière de confession musulmane est à Laval, cela limitait la pratique religieuse de cette communauté. «On offre la possibilité d’inhumer les gens chez eux dans des conditions qui respectent leurs pratiques religieuses», reconnaît M. Roy.

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *