Économie
15:39 24 juin 2018

Un plan de transition énergétique qui aura des retombées en habitation

CONSTRUCTION. L’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) salue le Plan directeur en transition, innovation et efficacité énergétique du Québec 2018-2023, Conjuguer nos forces pour un avenir énergétique durable, qui a été dévoilé dernièrement par Transition énergétique Québec (TEQ). Cette initiative visera à coordonner l’action gouvernementale en matière de transition énergétique et à permettre aux différents secteurs de l’économie, dont l’habitation, d’y contribuer.

Le nouveau Plan directeur en transition, innovation et efficacité énergétique du Québec 2018-23 est bien accueilli par l’APCHQ.

(Photo Métro Média – Archives)

Le Plan directeur prévoit des investissements de 500M$ afin d’améliorer les programmes d’aide financière en rénovation et en construction écoénergétiques pour le secteur résidentiel au cours des cinq prochaines années. Ce montant prend en compte le renouvellement du programme RénoVert pour l’année budgétaire 2018-19, ainsi que des sommes attribuées à la construction neuve. Cela se traduit par l’injection de 45,6M$ pour Novoclimat et 96M$ pour Rénoclimat.

Parc locatif considéré

L’APCHQ se réjouit que le Plan porte une attention particulière à l’état du parc immobilier locatif et à l’immense potentiel qu’il représente. En effet, près de 40% des ménages québécois habitent dans un logement locatif et l’âge moyen du parc de logements du Québec est de 43 ans. De plus, près du tiers (32,5%) des habitations ont besoin de réparations et un peu plus de la moitié du parc (56,9%) a été construit avant 1981.

«Plusieurs mesures ont été mises en place par le passé, mais celles-ci visaient essentiellement les propriétaires-occupants. Le Plan mettra aussi l’accent sur l’efficacité énergétique des immeubles locatifs, permettant ainsi d’améliorer le confort et la qualité de vie de ceux qui les habitent et de réduire les coûts de chauffage. Il permettra donc de faire des gains à la fois énergétique, économique et social», souligne le vice-président relations gouvernementales et relations publiques à l’APCHQ, François Vincent.

Il rappelle qu’en 2015, le secteur résidentiel québécois représentait 20% de la consommation d’énergie au Québec, après les transports (31%) et le secteur industriel (38,3%). Le chauffage d’une habitation représentait 64% de la consommation d’énergie des ménages et tout près des trois quarts des ménages locataires (74%) payaient eux-mêmes le chauffage de leur logement.

Nouvelles normes écoénergétiques

Aussi, le Plan directeur vise à normaliser et réglementer l’efficacité énergétique pour les nouvelles constructions. En effet, TEQ mettra en place une première phase de rehaussement de la réglementation concernant les grands bâtiments neufs avec l’adoption du Code national de l’énergie pour les bâtiments – Canada 2015, incluant les modifications du Québec. La seconde phase, elle, portera sur les petits bâtiments neufs avec la mise à jour de la réglementation de 2012.

«Nous sommes persuadés que le secteur résidentiel est l’un de ceux qui peuvent réaliser des gains écoénergétiques considérables. Afin d’y arriver, la simplicité des programmes et l’implication de tous les partenaires doivent être au rendez-vous. TEQ peut donc compter sur notre pleine et entière collaboration pour la mise en œuvre de ce plan», conclut M. Vincent.

Métro Média

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *