Économie
22:51 27 octobre 2016

Le Phare change de visage

IMMOBILIER. Le Phare, ce projet de tour de 65 étages qui pourrait s’ériger sur le boulevard Laurier, a été modifié par le promoteur Cominar avant d’être approuvé par la Commission d’urbanisme et de conservation de Québec. Le chef de la direction de Cominar, Michel Dallaire, a informé que Le Phare avait subi plusieurs améliorations après que l’entreprise ait obtenu l’expertise de partenaires américains.

Le Groupe Dallaire a peaufiné les plans pour son projet Le Phare. Les nouvelles esquisses restent secrètes, mais les demandes pour alléger l’ensemble ont été entendues. (Esquisse – Archives)

Le projet devra maintenant obtenir l’aval des citoyens après une consultation publique.

Le volet loisir du méga-complexe a été bonifié pour respecter l’équilibre entre les parties «live, work and play (vivre, travailler et jouer)», selon ce qu’explique M. Dallaire. Pour améliorer cet aspect, Cominar a fait appel à RWDI et Gensler. «Avec ces gens-là, on a retravaillé le concept. On a doublé la place publique. On a mis beaucoup plus d’emphase sur le côté loisir», a-t-il assuré, soulignant que le projet qui comptait cinq bâtiments en compte maintenant quatre.

Le dessin de ces bâtiments a été revu afin de mieux résister aux vents. «La force des vents sur les retenues latérales est très importante. On a aussi travaillé à éliminer l’effet des vents sur la place publique. Comme on l’a agrandie, on s’est également assuré qu’elle sera éclairée le plus longtemps possible», a exposé le promoteur.

Le Phare demeure un projet de 250 mètres de hauteur, ce qui représente 65 étages. On y trouvera des bureaux, un hôtel, du logement locatif et des condos. Par contre, alors qu’on prévoyait 300 chambres pour l’hôtel, le besoin ne semble plus être aussi grand. «Nos recherches nous montrent que les clients veulent des produits de 150 chambres. Ce n’est pas encore réglé pour la bannière tant que le processus public n’est pas réglé.»

Raccordé au SRB

Cominar a demandé à ce que le projet puisse être raccordé au projet de Service rapide par bus (SRB). Ce système de transport en commun est un must pour Québec, selon Michel Dallaire. «Si on peut se connecter, ça va faciliter la circulation. Je le vis dans nos autres places d’affaires à Montréal, avec des gens qui passent 2-3 heures dans le trafic. Il faut éviter ça avant qu’on se rende là à Québec», a-t-il indiqué. 

Mathieu Galarneau


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette