Économie
16:30 22 novembre 2016

Galeries de la Capitale : Les travaux les plus «invasifs» sont terminés

AFFAIRES. La majorité des travaux d’échafaudage pour la réfection des toits du centre commercial Les Galeries de la Capitale sont terminés et ceux pour retirer la pyrite du sol et rénover les planchers vont bon train, annonce la direction qui menait ce mercredi une visite médiatique des travaux.

Avec la réalisation de 60% des rénovations prévues dans la phase II, les Galeries de la Capitale peuvent maintenant dire que les travaux les plus invasifs sont derrière.

Une importante superficie de plafond a été dégagée pour faire place aux puits de lumières et les planchers sont en voie d’être tous rénovés. La dernière décontamination de pyrite est prévue pour le retour des Fêtes, a fait savoir le nouveau directeur général du centre commercial, Stéphan Landry.

En parallèle, les travaux de relocalisation des boutiques affectées par les travaux se poursuivent, de même que la réfection d’entrées et l’ajout de mobilier neuf.

L’an prochain, tout devrait être terminé, estime M. Landry. Environ 40M$ sont investis à cette étape. Vu les défis techniques, Stéphan Landry ne cache pas qu’il aurait pu être plus facile de construire un nouveau centre commercial.

Chiffres d’affaire

Malgré le dérangement, les Galeries de la Capitale sont en pleine santé financière, se réjouit le directeur général. Loin d’une baisse de revenus, le centre commercial affiche une hausse d’achalandage qui frôle les 5% selon M. Landry, qui préfère taire le chiffre exact. «Honnêtement, je pense que c’est un exploit d’avoir réalisé ça pendant les travaux», commente-t-il.

Le succès est selon lui attribuable aux nouvelles bannières qui se sont établies récemment aux Galeries. Le centre commercial qui a entamé un virage vers le magasinage «haut de gamme» estime avoir une offre de divertissement incomparable à Québec avec le cinéma IMAX et le Méga Parc.

Une dizaine de nouveaux commerces s’y seront installés d’ici la fin de l’année et ce nombre devrait être comparable en 2017, en autre avec la venue de MEC.

Au terme des travaux, les Galeries de la Capitale auront ajouté une trentaine de bannières à leur offre. La première phase, qui comprenait la relocalisation de l’aire de restauration a coûté 50M$. Pour la suite, aucune option n’est laissée de côté pour combler les espaces vacants, conclut M. Landry, qui ne ferme pas la porte à la venue d’une épicerie. Après la réinstallation de Simons dans les locaux du Target, 23 000 pieds carrés seront notamment à combler dans ce secteur du centre commercial.

TC Media

Monica Lalancette


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette