Économie
20:55 19 novembre 2016 | mise à jour le: 19 novembre 2016 à 20:55 temps de lecture: 3 minutes

Des grillons pleins d’énergie pour les sportifs

NUTRITION. «Elle est bonne, ta barre Naak!» C’est avec ce jeu de mots que le jeune entrepreneur Antoine Domergue espère attirer les sportifs et les gens qui n’ont pas toujours le temps de prendre un repas complet vers sa barre énergétique à base de grillons (oui, oui, vous avez bien lu!).

Naak est l’affaire de trois jeunes dans la vingtaine. M. Domergue, un ingénieur informatique de formation, s’est entouré des triathloniens William Walcker et Minh Pham. «On s’est posé la question de qu’est-ce qu’on pourrait améliorer dans la nutrition. William et Minh cherchaient quelque chose de performant pour eux-mêmes, et j’ai eu l’idée d’amener la protéine de grillon. C’est un super aliment qui comporte deux fois plus de protéines que le bœuf», raconte M. Domergue.

Naak vise d’abord les sportifs qui pourraient consommer la barre lors d’un effort physique, ou encore les gens pressés.

Ce qui séduit le plus le jeune passionné dans la protéine de grillon est sa valeur écoresponsable. «Ça prend 12 fois moins de ressources que le bœuf pour produire la même quantité de protéines. C’est pour cela qu’on voulait pousser l’entomophagie», explique-t-il.

L’Ontario détient également une des plus grosses fermes d’élevage de grillons au monde, ce qui fait que le produit de base est facile à se procurer, et à peu de frais. «C’est une production qui est inspectée par Santé Canada, alors il n’y a aucun danger», assure-t-il.

Mais comment deux triathloniens et un ingénieur informatique peuvent créer la bonne recette? C’est à ce moment que les trois amis ont cogné à la porte du resto montréalais Le Pastaga. Les chefs Louis-Philippe Breton et Martin Juneau leur ont ouvert la porte de leur cuisine. «On voulait de la performance, mais on voulait aussi que ce soit agréable. On voulait travailler sur la saveur pour que ce soit un goût qui rassure les gens, pour ne pas qu’ils trouvent ça étrange», expose M. Domergue, soulignant que les deux chefs ont également respecté les valeurs nutritionnelles que les entrepreneurs souhaitaient avoir.

Alors que les premières barres étaient fabriquées à la main depuis la naissance de l’entreprise à l’hiver dernier, la production passera très bientôt à l’industrielle.

À pieds joints dans l’aventure entrepreneuriale

Les trois entrepreneurs ont abandonné leurs emplois afin de pouvoir vivre de leur rêve et de voir grandir Naak. «On savait où on s’en allait et que ce serait des années difficiles, mais ça fait partie de l’expérience et je pense que c’est un passage obligé pour démarrer une entreprise», philosophe M. Domergue.

Et le grillon ne pourrait être que le début de l’aventure. «Notre idée n’est pas que faire de l’insecte, mais d’abord de faire une alimentation intelligente. On pense à d’autres pistes, comme les algues, qui sont hyper nutritives», laisse-t-il entrevoir.

Information nutritionnelle

La barre Naak, c’est :

– 210 calories

– 10 grammes de protéines

– 30 grammes de glucides

– 400 miligrammes de sodium

Antoine Domergue présente sa barre aux grillons au Salon du ski et du sport d’hiver qui se tient au Terminal des croisières jusqu’à dimanche.Naak est en période de sociofinancement jusqu’au 30 novembre sur le site tabarrenaak.com.Pour vous en procurer: naakbar.com/pages/store-locator.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *