Économie
14:50 3 février 2017 | mise à jour le: 3 février 2017 à 14:50 temps de lecture: 3 minutes

Transactions et prix en baisse sur le marché immobilier de Québec

PERSPECTIVES. L’activité sur le marché immobilier résidentiel devrait ralentir en 2017 dans la région de Québec, à l’instar du reste de la province. Parallèlement, une légère baisse de prix résultera d’une réduction du bassin d’acquéreurs potentiels, en raison du resserrement des règles d’emprunt hypothécaire.

Dans ses prévisions pour l’année 2017 qui débute, la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) s’attend à ce que 6200 transactions résidentielles soient conclues par l’entremise du système Centris. Il s’agit d’une diminution de 8% par rapport à 2016 pour la capitale provinciale.

Par ailleurs, le prix médian des maisons unifamiliales atteindra 245 000$ à Québec en 2017, soit une diminution de 1% sur l’an dernier. Toutefois, pour les copropriétés, la FCIQ prévoit que le prix médian fléchira de 3%, à 185 000$.

«Déjà neutres pour les maisons ou à l’avantage des acheteurs dans le segment des copropriétés, le marché immobilier devrait continuer à se contracter. La situation s’explique par le fait que les nouvelles règles hypothécaires vont entraîner une baisse des ventes et amputer les montants que les consommateurs peuvent emprunter», observe Paul Cardinal, directeur analyse du marché à la FCIQ.

L’économiste réfère notamment à l’instauration d’un test de simulation de crise des taux d’intérêt. La mesure est applicable aux prêts hypothécaires à faible ratio prêt-valeur (mise de fonds inférieure à 20%). Cela aura un impact direct sur le nombre de premiers acheteurs. Par ricochet, la disqualification d’un plus grand nombre d’acheteurs potentiels entraînera un repli des ventes.

Résultat, le prix des maisons unifamiliales pourrait enregistrer son premier recul (-1%) en plus de 15 ans. De son côté, le prix des copropriétés devrait pour sa part diminuer pour une 4e année consécutive.

Relèvement des taux hypothécaires

La FCIQ s’attend aussi à une remontée graduelle des taux hypothécaires. Elle estime qu’à la fin de 2017, les termes de 5 ans consentis par les principales institutions financières grimperont de 0,25 à 0,50 point de pourcentage.

«Parmi les mesures qui exerceront des pressions à la hausse sur les taux hypothécaires en 2017, on retrouve les nouvelles règles du Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF). Celles-ci obligent les institutions financières fédérales à conserver une plus grande part de fonds sur leurs prêts hypothécaires assurés. La réduction des liquidités disponibles pour effectuer des prêts hypothécaires entraînera une hausse des taux», explique Paul Cardinal.

Ralentissement au Québec

Selon les projections de la FCIQ, le marché immobilier résidentiel de la province connaîtra également une légère baisse d’activité en 2017. Le nombre de ventes réalisées par l’intermédiaire du système Centris de courtage immobilier diminuera à 72 500 transactions, soit une baisse de 7% par rapport à 2016. Le prix médian d’une maison unifamiliale au Québec, qui a affiché des hausses timides au cours des quatre dernières années, devrait se maintenir à 234 500$

«Heureusement, un des facteurs fondamentaux les plus importants, l’emploi, a montré des résultats remarquables au cours des derniers mois. Il se serait créé 53 000 emplois à temps plein l’an dernier au Québec, principalement chez les 25-44 ans. Cela devrait soutenir la demande de propriétés», conclut M. Cardinal.

TC Media

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *