Économie
20:23 12 décembre 2017 | mise à jour le: 12 décembre 2017 à 20:23 Temps de lecture: 3 minutes

1,9M$ pour une entreprise de L’Ange-Gardien

INVESTISSEMENT. Le gouvernement du Québec a accordé une subvention de 1 960 000$ à Multi-Action Communication, situé à L’Ange-Gardien.

La députée Caroline Simard en compagnie d’Anthony et Jonathan Bourbonnière, respectivement vice-président et président de Multi-Action Communication.

(Photo TC Media – Geoffré Samson)

Cette annonce faite par la députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré, Caroline Simard, appui un projet de 7 439 600$ qui vise à améliorer la productivité de l’entreprise. L’aide gouvernementale permettra d’ajouter de l’équipement, implanter un progiciel de gestion intégrée et de faire la commercialisation sur le web. Cet investissement ajoutera aussi 16 nouveaux emplois et en consolidera 62 autres.

L’atelier de production de l’entreprise de L’Ange-Gardien, située sur le boulevard Sainte-Anne.

(Photo TC Media – Geoffré Samson)

Multi-Action est spécialisée dans la production d’étiquettes de traçabilité, de code-barres, de billets de ski, de bouteilles de vin et eau. La compagnie créée aussi des étiquettes dans des épiceries, comme ceux des emballages de viandes. D’ailleurs, l’entreprise est le fournisseur principal de l’épicier Metro.

La famille

Jonathan et Anthony Bourbonnière sont frères et respectivement président et vice-président de l’entreprise. Ils ont débuté dans le sous-sol de leurs parents, à Beauport en 1993. Ils ont aujourd’hui six chaines de montage dans la région, en plus de cinq autres dans leur entreprise de Vancouver, récemment acquise. Les gestionnaires sont même en pourparlers pour installer une nouvelle usine en Ontario.

À L’Ange-Gardien depuis 18 mois, ils ont commencé avec 45 employés et en comptent maintenant 65. « Nous avons encore des postes à combler », ajoute Jonathan Bourbonnière.

Selon Caroline Simard, pour qu’une entreprise quitte le parc industriel de Beauport pour s’installer sur la Côte-de-Beaupré, l’économie se porte bien. « On ne choisit pas un milieu s’il est inactif ou en difficulté.  Il y a eu plusieurs projets annoncés depuis 2014 qui ont permis au milieu de se déployer et  d’avoir différentes initiatives et la MRC a pu investir sur le territoire. »

Une matière première absente

L’industrie au Canada importe des centaines de milliers de tonnes de papier spécialisé par année. Les dirigeants achètent leurs matières premières partout dans le monde, sauf au Québec et au Canada. Pendant la visite de Mme Simard, les Bourbonnière ont lancé un défi à la députée: « Aidez-nous à rassembler les intervenants et trouvons comment mettre sur pied un projet pour acheter nos matières localement. »

En effet, le marché des scieries de la province est en décroissance. « À l’échelle mondiale, il y a une pénurie de matières spécialisée. On veut lancer un éveil à l’industrie du papier. »

« Que les scieries arrêtent de faire des 2×4 et se lancent dans la production de papier de spécialité. Certaines entreprises se porteraient beaucoup mieux », conclut Jonathan Bourbonnière.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *