Économie
12:25 8 mars 2017 | mise à jour le: 8 mars 2017 à 12:25 temps de lecture: 2 minutes

Incertitude dans les négos du secteur résidentiel

TRAVAIL. L’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) s’interroge sur les intentions de la partie syndicale dans les négociations portant sur le renouvellement de la convention collective du secteur résidentiel.

L’horizon s’embrouille dans la construction résidentielle.

(Photo TC Media – Archives)

C’est qu’avant même que ne débutent les discussions, l’Alliance syndicale a demandé à la ministre responsable du Travail de nommer un médiateur. Chose qui a été faite dès le lendemain, soit le 3 mars.

Cette démarche est considérée prématurée pour le secteur résidentiel. «Nous sommes étonnés de cette requête. Non seulement il n’y a aucun différend entre les parties patronale et syndicale, mais une seule rencontre s’est tenue jusqu’à maintenant», déclare le vice-président développement stratégique et communications à l’APCHQ, François-William Simard.

De fait, la première réunion de travail des représentants de la Table sectorielle résidentielle a eu lieu le 8 février dernier. À cette occasion, les deux parties ont déposé leurs demandes respectives et ont convenu des dates pour les prochaines rencontres. «Il n’y a eu aucun échange sur les demandes lors de cette rencontre. Pourtant, toutes les dates prévues à l’horaire ont ensuite été annulées par l’Alliance syndicale», déplore M. Simard.

Valide pour quatre ans, la présente convention collective du secteur résidentiel de la construction a été signée le 19 juillet 2013. Elle vient à échéance au début de l’été prochain.

TC Media

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *