Économie
20:18 13 janvier 2017 | mise à jour le: 13 janvier 2017 à 20:18 temps de lecture: 4 minutes

L’entrepreneuriat, une mode qui va rester, selon Caroline Néron 

ÉCONOMIE. L’ancienne actrice devenue femme d’affaires, Caroline Néron, admet que la multiplication des projets d’entreprises peut être vu comme une mode, mais que ce mouvement est là pour rester. 

Caroline Néron fait partie des femmes d’affaires les plus prospères au pays. 

TC Media – Vincent Breton

En seulement une dizaine d’année, Caroline Néron est devenue l’une des plus importantes femmes d’affaires du Québec et du Canada grâce à ses bijoux et ses accessoires de mode était de passage à Saint-Agapit hier avant-midi. Elle y a donné une conférence à plus d’une centaine de personnes dans le cadre du brunch du Nouvel An de la SADC de Lotbinière.

Elle reconnaît que le nombre d’entrepreneurs explose et elle voit cela d’un bon œil, surtout que cette tendance est installée pour longtemps.  «Je crois c’est lié au Web. Le terrain de jeu de la génération Y est beaucoup plus grand que le nôtre. Leur limite est repoussée plus loin. Par exemple, l’Europe est maintenant accessible. Je pense que c’est l’ensemble de ces choses qui font qu’on est rendu dans cette vague», explique l’ex-chanteuse.

Elle n’avait d’ailleurs que des mots d’encouragement pour la MRC de Lotbinière, qui vise à devenir une chef de file de l’entrepreneuriat au Québec.

Avantage masculin

Même après 13 ans à la barre de son commerce, Caroline Néron admet qu’il est encore plus facile pour un homme de se lancer en affaires. Elle reconnaît que la crédibilité des entrepreneurs masculins est souvent plus forte que celle accordée aux femmes. Comme c’est un milieu d’hommes, la collaboration entre eux est aussi très présente, au détriment des femmes, selon Mme Néron.

Cette dernière a toutefois bon espoir que la prochaine génération d’entrepreneurs sera différente. Selon elle, les valeurs et les codes ne sont plus les mêmes pour les jeunes Y. L’égalité des chances semble aussi plus acceptée, ce qui est positif pour les femmes qui veulent se lancer.

Mme Néron croit aussi que son arrivée à l’émission <@Rb> Dans l’œil du dragon <@$p>, avec Christiane Germain, va probablement encourager les jeunes filles à faire le saut. «Je crois que l’équipe de réalisation [de l’émission] s’est dit que c’était la réalité. C’est un fait qu’on côtoie de plus en plus de femmes», expose la femme d’affaires.

Organisation

Lors de sa conférence à Saint-Agapit, Mme Néron a martelé l’importance d’être organisée pour mener à bien sa vie professionnelle, mais aussi sa vie en dehors des Bijoux Caroline Néron. Elle rapporte presque tout à la gestion de l’agenda.

En affaires, «l’idée est de se créer des opportunités en les fixant dans le temps et en les mettant sur papier», établit d’emblée l’ancienne comédienne. Elle ajoute du même souffle qu’il ne faut pas toujours attendre que tous les éléments soient réunis pour se lancer. «À un moment donné, il faut y aller», proclame-t-elle.

Mme Néron n’accepte pas l’idée de travailler plus de16h par jour, chaque jour, pour faire réussir une entreprise. Elle reconnaît que lancer un projet prend du temps, mais que cela ne doit pas être aux dépens du reste de la vie d’un entrepreneur. C’est là qu’une saine gestion de son agenda entre en jeu. «C’est important la famille et de voir ses amis. Il faut prendre le temps. Mais quand on est au travail, il faut être focus», conclut-elle. 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *