Actualites
13:56 6 mai 2021 | mise à jour le: 6 mai 2021 à 13:56 temps de lecture: 2 minutes

Covid-19: Québec approuve les vaccins pour les 12 ans et plus

Covid-19: Québec approuve les vaccins pour les 12 ans et plus
Photo: RACHATA TEYPARSIT(Photo 123RF)

PANDÉMIE. C’était une des dernières tranches d’âge pour lesquelles Québec entretenait toujours le mystère dans sa campagne d’inoculation. Le gouvernement caquiste permettra finalement la vaccination des 12 à 17 ans.

C’est ce qu’a confirmé jeudi après-midi le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé. Le Comité d’immunisation du Québec (CIQ), qui n’avait pas encore rendu sa décision, rendra son avis final la semaine prochaine, mais la Santé publique s’est déjà positionnée.

Plus de 500 000 Québécois de 12 à 17 ans pourront donc se faire vacciner «d’ici la fin juin» avec une première dose. La deuxième dose viendrait à l’automne – ou à la rentrée scolaire.

Déjà, la veille, Santé Canada avait autorisé les provinces à utiliser les doses de Pfizer-BioNTech dans l’opération d’immunisation. Il s’agit d’ailleurs du vaccin le plus disponible au Québec.

Mardi, le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, avait fait allusion à la vaccination des jeunes.

«Un scénario potentiel, c’est qu’une première dose pourrait être donnée en cours d’été, puis une deuxième dose quelque part à la rentrée scolaire, ce qui protégerait les élèves de 12 ans et plus au niveau du secondaire, qui sont des lieux de transmission», avait-il signifié. C’est visiblement ce qui arrivera.

«La semaine des jeunes»

L’opération de vaccination avait prévu des rendez-vous pour les 18 ans et plus jusqu’à maintenant. Selon Christian Dubé, des premières doses pourraient être distribuées avant juin à tous les Québécois majeurs qui en désirent une.

Pour atteindre ses objectifs de vaccination – 75% –, Québec a à l’oeil la «semaine des jeunes», qui s’amorce lundi avec les 30 à 34 ans. «Les jeunes adultes peuvent vraiment faire une différence», a affirmé jeudi le ministre de la Santé.

«Il faut faire confiance à nos jeunes», a ajouté Dr Arruda, qui voit dans la vaccination des 18-34 ans un vecteur majeur d’immunisation.

Pour le moment, 40% de la population a eu une première dose vaccinale.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *