Actualites
14:28 7 mars 2021 | mise à jour le: 7 mars 2021 à 18:49 temps de lecture: 3 minutes

Relance des sports: un message fort sans distorsion

Relance des sports: un message fort sans distorsion
L’instigateur du mouvement de la marche pour la relance sportive, Isaac Pépin. Photo Métro Média – Jean Carrier

SOLIDARITÉ. Il y avait une grande diversité de gens présents à la marche pour la relance sportive organisée par l’étudiant de secondaire cinq du Séminaire Saint-François, Isaac Pépin. Responsables des sports, entraîneurs, parents, mais surtout beaucoup de jeunes athlètes provenant d’une multitude de disciplines sportives on voulu faire passer un message simple pour les décideurs: il est temps de laissez les jeunes faire du sport. Plusieurs milliers de personnes ont répondu présent au grand plaisir du jeune footballeur.

La foule au début de la marche. Photo Métro Média – Jean Carrier

«Difficile d’évaluer comment il y a de personnes, mais on va péter le 20 000 personnes facilement à mon avis. Le gouvernement n’aura pas le choix de nous écouter pour la suite des choses. Je remercie tous ceux qui se sont déplacés. Le sport fait partie de la solution. C’est le temps de faire confiance aux jeunes et de changer les choses. C’est le temps», martèle l’étudiant-athlète en marchant le parcours de 2,2 km.

Nombreux appuis

La foule était tellement imposante au début de la marche que les autorités ont décidé d’allonger la parcours afin de faciliter la distanciation sociale.

Sur la page Facebook de l’événement, 5300 personnes se disaient intéressées à participer à la marche alors que plusieurs sportifs d’envergure ont donné appui au mouvement durant la semaine précédant la marche. Des athlètes comme le skieur Mikaël Kingsbury et plusieurs joueurs de la LNH dont Jonathan Marchessault et Thomas Chabot pour ne nommer que ceux-là.

Le message est clair. Photo Métro Média – Jean Carrier

Témoignages

Voici les commentaires recueillis de quelques jeunes présents sur place:

«Je suis ici parce que le volleyball est ma passion. Je veux que le gouvernement sache que le principe des bulles-classes ne marche pas. Dans mon équipe, il y a sept bulles-classes et je suis seule dans la mienne. C’est difficile de faire du volleyball toute seule.» – Rachel 15 ans Collège Sainte-Anne

«Il faut que le hockey recommence. C’est crucial pour ma santé mentale et celle des jeunes. Il faut que les choses changent rapidement.» – David Beaulieu, 14 ans, École secondaire de La Seigneurie, Les As de Québec

«Il faut que je bouge, je capote! Le cheerleading, c’est ça qui me garde à l’école. Il faut que le gouvernement en fasse plus pour nous.» Claudia, 13 ans, Polyvalente de L’Ancienne-Lorette.

Photo Métro Média – Jean Carrier
Un léger aperçu de la foule. Photo Métro Média – Jean Carrier

Le SPVQ sévit

Le SPVQ (Service de police de la Ville de Québec) a encadré la marche. Il a remis 13 constats d’infraction en vertu des mesures décrétées par la Santé publique et certains règlements municipaux. «Nous avons également procédé à l’arrestation de cinq personnes en vertu des mesures décrétées par la Santé publique puisqu’ils n’offraient aucune collaboration. Nous rappelons que manifester est un exercice démocratique et un droit fondamental. Cependant, les gens désirant exercer ce droit doivent notamment respecter une distanciation de deux mètres et porter le couvre-visage», ont fait savoir les forces de l’ordre par voie de communiqué.

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *