Actualites
18:15 30 novembre 2020 | mise à jour le: 1 décembre 2020 à 12:48 Temps de lecture: 3 minutes

Moisson Québec est prêt pour le défi des prochains mois

Moisson Québec est prêt pour le défi des prochains mois
Il y a une demande grandissante pour les banques alimentaires dans la région de Québec. Photo Métro Média –Archives

Entraide. L’organisme Moisson Québec est névralgique dans le combat pour l’insécurité alimentaire de la population de la région de la capitale. La Ville de Québec l’a également compris en aidant l’organisme à compléter son montage financier avec une aide de 535 319$. Un montant qui servira à terminer l’achat d’un nouvel entrepôt de 8M$ sur la rue Kepler.

«Nous avions une campagne de financement de 5M$ que nous n’avons pas été en mesure de boucler avec l’arrivée de la pandémie alors cette aide financière vient à point», précise la directrice de l’organisme Élaine Côté

Le projet d’agrandissement de l’entrepôt de Moisson Québec. Photo gracieuseté – Ville de Québec

L’arrivée dans la nouvelle bâtisse donnera des munitions de plus à Moisson Québec pour vaincre l’insécurité alimentaire. Il y a d’ailleurs une forte hausse de la demande des ménages de la région pour les banques alimentaires alors que plusieurs familles ont de la difficulté à boucler les fins de mois. En temps normal, l’organisme aide 35 000 personnes.

«Au printemps, on aidait environ 70 000 personnes. Dans la deuxième vague, nous sommes à environ 45 000 à 50 000 personnes qui ont recours à des banques alimentaires après l’accalmie de l’été. Il y a une hausse évidente.»

Le nouveau programme de récupération des aliments directement dans les supermarchés (PRS) aidera également l’organisme à augmenter le volume de nourriture qui transite à l’intérieur de son entrepôt. La relocalisation de Moisson Québec est cruciale pour développer son nouveau service selon Émilie Villeneuve, membre du comité exécutif et responsable du développement social et de l’habitation à la Ville de Québec.

«Le PRS permet d’offrir une gamme d’aliments variée aux plus démunis. Moisson Québec pourra concentrer ses efforts pour développer son nouveau service, augmenter ses lieux de collecte et gérer les denrées de façon optimale. Cette initiative durable et novatrice assurera sans aucun doute une meilleure sécurité alimentaire dans la Capitale.»

Générosité exemplaire

L’organisme, qui travaille présentement à la préparation de 9000 paniers de Noël contrairement aux 6000 habituels, compte également sur les dons de nourriture de la population. À ce chapitre, la directrice affirme que la générosité est au rendez-vous depuis le début de la pandémie.

«Nous avons eu une vague de sympathie depuis le printemps. Tout le monde a contribué avec les restaurateurs, la Ville, les épiceries et les particuliers. On ne peut pas prévoir quand une personne aura besoin du service des banques alimentaires. On pense que les prochains mois seront difficiles pour plusieurs familles. Il ne faut pas hésiter à demander de l’aide.»

La directrice a répondu à une dernière question qui demandait si Moisson Québec serait toujours en mesure de soutenir la demande grandissante. «Dans notre secteur d’activités, c’est notre quotidien de ne pas savoir.»

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *