Actualites
14:30 28 juin 2018

L’Amazonie à l’Aquarium du Québec

L’Aquarium du Québec a hérité, le temps des rénovations au Biodôme de Montréal, d’une partie de leur collection de poissons amazoniens. L’équipe de l’aquarium s’est affairée pendant plusieurs semaines à préparer le nouvel environnement de leurs pensionnaires, qui seront à Québec pour une période approximative de 18 mois. 

La collection de poissons amazoniens du Biodôme de Montréal s’installe à Québec pour une période approximative de 18 mois

Photo Métro Média – Marie-Pascale Fortier

Cette activité, qui coïncide avec le lancement de la saison estivale, est incluse dans le tarif d’accès quotidien. Les visiteurs pourront découvrir des espèces comme le pacu, le poisson-chat, le discus et le célèbre piranha rouge, l’une des plus dangereuses et agressives de la quarantaine d’espèces de piranhas.

«On a une variété très représentative de l’écosystème amazonien», explique François Gouge, conservateur et directeur de la collection par intérim, qui mentionne toutefois qu’on retrouve des milliers de petits et de gros spécimens dans le fleuve Amazone. Au total, ce sont 160 pensionnaires de 20 espèces qui ont temporairement élu domicile à Québec, en attendant les rénovations de leur habitat habituel.

L’Aquarium du Québec a fait une place à ces nouveaux poissons d’Amérique du Sud en gardant sa touche personnelle de présenter des espèces d’ici. Il faut donc passer par le Saint-Laurent pour découvrir les espèces amazoniennes, qui occupent les bassins où se situent normalement la truite et la ouananiche, entre autres.

«On est super contents d’avoir saisi cette opportunité de présenter cette exposition. On continue notre mission, mais de façon un peu différente, tout en prolongeant celle du Biodôme», explique M. Gouge.

Il est possible d’en savoir plus sur ces nouveaux venus et sur les défis techniques relevés par l’équipe de l’Aquarium afin d’accueillir ces nouveaux pensionnaires, qui vivent dans un environnement bien différent de celui de nos poissons d’eau douce, sur le site Internet de la Sépaq.

Marie-Pascale Fortier


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette