Actualites
00:07 23 décembre 2016

Des centaines de réfugiés arrivés à Québec

IMMIGRATION. Cette année à Québec, c’est plus de 1000 immigrants qui en seront à leur premier Noël ici. Près de la moitié de ceux-ci sont des réfugiés syriens, dont plusieurs sont arrivés dans les dernières semaines.

Régis Labeaume a rencontré les réfugiés qui ont pris parole lors de la conference de presse.

(Photo TC Media – Prisca Benoit)

Depuis le 1er janvier, 683 réfugiés de toutes nationalités confondues ont été accueillis dans la ville de Québec, dont 487 étaient d’origine syrienne. En décembre seulement, c’est 23 familles, pour un total de 196 personnes, qui ont posé pieds pour la première fois sur le sol québécois.

D’ailleurs, le taux de rétention des immigrants dans la région de Québec est enviable: 81% d’entre eux, incluant les réfugiés, décident de rester à Québec après leur arrivée au pays. «On était loin de là lorsque je suis arrivé», se souvient Régis Labeaume, estimant entre 60% et 70% le taux de rétention à son arrivée à la tête de la Ville.

Grâce à un réseau de mesures qui se sont développées dans la ville par les différents organismes, Québec accueille particulièrement des réfugiés pris en charge par l’État. La clientèle plus vulnérable est plus efficacement dirigée vers les bons services qui leur apportent le support nécessaire. «Quand il y a des situations particulières, comme des grosses familles ou des problèmes de santé, on va les envoyer vers des services spécialisés où on a développé des expertises, explique Dominique Lachance, directrice du Centre multiethnique de Québec. Québec fait partie de ces destinations.» À Québec, 398 réfugiés arrivés en 2016 étaient pris en charge par l’État.

La Ville a par ailleurs élaboré un cahier d’information intitulé Une ville pour moi destiné à tous les nouveaux immigrants de Québec. On y parle autant des besoins de base, comme l’alimentation, la santé et l’hygiène corporelle, que l’école, la recherche d’emploi et le logement. On compte distribuer le cahier financé en partie par le ministère de l’Immigration québécois dans tous les organismes qui ont affaire avec les immigrants.

Une section du document traite spécifiquement des valeurs communes de la société québécoise. L’égalité entre les hommes et les femmes, la violence conjugale et la violence faite aux enfants y sont abordées plus en profondeur. «C’est tout à fait normal [qu’on en parle], juge le maire Labeaume. Il y a des usages, des mœurs, des traditions différentes. Il y a des lois et des règles qui existent ici qui peuvent être différentes des pays de provenance des migrants.»

Bientôt un an à Québec

Mohammad Almostafa est arrivé cette année à Québec. Aîné d’une famille de sept enfants, il a dû quitter avec ses frères et sœurs et ses parents son pays d’origine, la Syrie, pour se réfugier au Liban. Pendant quatre ans, il a vécu dans un camp de réfugiés au Liban avant d’arriver à Québec. «Je suis arrivé ici en février, raconte-t-il. Il faisait très froid.»

Il explique que le premier mois a été très difficile, alors que sa famille et lui ont cherché un appartement et ont commencé à apprendre le français. «Les choses ont commencé à s’améliorer, poursuit-il. Le Centre multiethnique a été avec nous jusqu’au bout.» Le jeune homme de 18 ans a étudié au cégep en francisation, avant de commencer le secondaire pour voir les matières comme les mathématiques et la science.

Québec Hebdo

Benoit Prisca


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette