Actualites
13:26 2 décembre 2016

Déneigement: «On n’aurait pas pu faire mieux»

TEMPÊTE. Une quarantaine de plaintes ont été faites à la Ville par des citoyens en lien avec la politique de déneigement et 166 en lien avec des arbres cassés ou tombés. Pour le maire de Québec, « ce n’est pas grand-chose ».

Le stationnement dans la rue est interdit lors des opérations déneigement de la ville de Québec. (Photo Depositphotos / svanhorn)

« La job a été bien faite et la population est contente », juge Régis Labeaume au sujet du déploiement de la Ville lors de la bordée de neige de jeudi. « Quand une gratte passe, elle ne peut pas empêcher en arrière d’elle la neige de continuer de tomber; c’est impossible ».

Avec des précipitations à leur maximum à l’heure de pointe, « oui il y a eu des éléments contraignants, oui ça été difficile, admet le vice-président du comité exécutif Jonatan Julien, mais « quand on discute avec les gens : toute la machinerie est là, toute la capacité est là, tous les entrepreneurs sont là et tout le monde est dans le chemin. On n’a pas de capacité supplémentaire et on ne peut pas faire mieux avec la situation d’hier, que celle qu’on a produite. »

Le fait d’avoir confié la coordination de l’opération à l’arrondissement de Sainte-Foy passe donc le test, selon la Ville. « Il y avait, par exemple, un arrondissement qui n’était pas sûr qu’il allait aller à pleine capacité et non, ç’a été : “tout le monde à pleine capacité”. Donc, cette coordination-là a bien fonctionné », juge M. Julien. Les employés municipaux « veulent que ça marche, ils veulent se coordonner et ils veulent s’améliorer », a quant à lui rapporté le maire, en qualifiant la dynamique d’« intéressante ».

L’opposition déçue

Le déploiement a en revanche paru insuffisant aux yeux du chef de l’opposition officielle à la Ville de Québec, Paul Shoiry, qui s’est prononcé jeudi en fin de journée. « J’ai dit récemment que le maire avait une obligation de résultat. Malheureusement, de constater que la première chute de neige ce n’est pas un succès; en tous cas, ce n’est pas ce à quoi nous, on s’attendait et ce n’est pas ce à quoi les citoyens s’attendaient ». Selon lui, la Ville a attendu « trop tard » pour sortir la machinerie : « À 5h46, il y avait des côtes qui n’étaient pas faites encore : ce qui est inacceptable », a conclu. M. Shoiry.

Avec la collaboration de Mathieu Galarneau

TC Media

Monica Lalancette


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette