Actualites
21:18 8 décembre 2016

Une signature rivière pour la Ville de Québec

AMÉNAGEMENT. La Ville de Québec veut donner une âme particulière à cinq rivières de son territoire afin que les citoyens se réapproprient les berges des cours d’eau, un investissement de 11,4M$ sur trois ans.

Offrir des aménagements pour des activités récréatives, comme c’est le cas pour la rivière Saint-Charles, est dans les plans.

(Photo TC Media – Archives)

Cinq rivières sont dans la mire de Québec dans son plan des rivières, soit les rivières Cap-Rouge, du Berger, Saint-Charles, Beauport et Montmorency. La Ville a réservé 11,4M$ sur trois ans pour son plan dans son Programme triennal d’immobilisation, 1M$ en 2017, 2,5M$ en 2018 et 7,9M$ en 2019. Le but de la manœuvre: avoir une vision d’ensemble des cours d’eau à laquelle s’ajoutera l’âme particulière de chacun.

La Ville a remarqué des lacunes par rapport au développement des rivières dans les dernières décennies, qui n’ont pas été utilisées à leur plein potentiel selon la vice-présidente du comité exécutif, Julie Lemieux, responsable notamment de l’aménagement du territoire. «C’est une œuvre qui est inachevée, soutient-elle. Il faut qu’on connecte nos rivières davantage. Il faut mieux les aménager. Il faut aussi leur donner une meilleure personnalité, une signature.» Elle explique vouloir que les rivières soient plus faciles d’accès pour les citoyens et qu’elles fassent partie du développement des quartiers plutôt que d’en être un obstacle.

Trouver l’âme des rivières

La Ville compte investir 150 000$ dès les six premiers mois du plan pour trouver le concept général qui régira le réaménagement des rivières. «Le concours va nous donner un concept d’aménagement. Ensuite, il va falloir peaufiner pour voir comment on va le décliner», explique Julie Lemieux.

La Ville en est encore à déterminer si elle va faire un concours tout simplement pour l’appel de concept ou si elle y va sur invitation. «Dites-vous bien qu’on a cherché les meilleurs dans le monde. On veut le meilleur spécialiste», affirme le maire de Québec Régis Labeaume, précisant que ce n’est pas un projet courant au pays.

Madrid, Lyon, Nantes, Xi’An, en Chine, Toronto, Amsterdam: toutes ces villes ont inspiré la conseillère Julie Lemieux et son équipe dans sa vision des rivières. Parmi les idées d’installations, on peut penser à des sentiers, des lieux aménagés pour des activités physiques, des jeux d’eau et des passerelles «qu’on veut vraiment flyés», selon le maire labeaume.

«On ne vous dit pas que ce sera des aménagements très costauds partout. On veut aussi laisser de la légèreté sur certaines rivières. L’aspect sauvage de certains cours d’eau devra aussi être conservé», Julie Lemieux. D’ailleurs, certains riverains qui avaient pris leurs aises aux abords des cours d’eau devront s’attendre à libérer l’espace. «On a une bonne réaction pour l’instant», assure la conseillère.

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *