Actualites
01:33 10 décembre 2016

Cri du cœur d’un militant pour des soins plus dignes

SANTÉ. Hébergé dans un centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de la région depuis quelques années, Jonathan Marchand, âgé de 40 ans et atteint de dystrophie musculaire, en a assez des conditions dans lesquelles il vit. Son souhait: avoir accès aux soins auxquels il a besoin, à la maison.

Jonathan Marchand. (Photo gracieuseté)

Ce qu’il décrie, c’est que cette option ne semble pas possible dans le contexte du système de santé québécois actuel. «Ils nous disent que notre place c’est en CHSLD. Actuellement, si tu es trop handicapé, tu vas directement au CHSLD. Cette ligne est discriminatoire et dépassée, on n’est plus dans les années 50. C’est comme si l’institutionnalisation des personnes handicapées est devenue normale et qu’on ne peut pas y échapper.»

Alors qu’on lui offrait une cinquantaine d’heures par semaine, le résident du CHSLD Sainte-Anne-de-Beaupré affirme qu’il a besoin de plus que ça pour rester à la maison. «Ce que ça me prend, c’est la possibilité d’avoir des soins 24h/24. J’ai une conjointe qui pourrait en faire une partie, mais on parle d’une centaine d’heures au total dont j’aurais besoin.»

M. Marchand précise que son problème au quotidien n’est pas envers ceux qui prodiguent les soins. «Je n’ai rien contre les employés. Les problèmes que j’ai c’est avec les gestionnaires. Ils ne font pas preuve d’ouverture. Depuis que je suis ici, des plaintes j’en fais au moins une par année. Je leur demande plus de formation pour le personnel, pour des soins plus sécuritaires, surtout la nuit. Si on a des besoins durant ce moment de la journée, en ce moment, on est dans le trouble. Il n’y a pas assez de service.»

Selon lui, il n’y a pas vraiment d’activités offertes pour les gens de son âge. «Je passe mes journées sur l’ordinateur, je m’occupe moi-même. À la maison j’aurais accès à plus de choses», croit-il.

Il y en a des solutions

Militant activement pour ses convictions, Jonathan Marchand est impliqué dans l’Alliance québécoise des Citoyens hébergés, en plus d’être en lien avec divers groupes qui souhaitent envoyer leurs idées au gouvernement. «On veut faire une proposition au gouvernement. Ils disent qu’ils cherchaient des solutions et il y en a plein. En Ontario, en Europe et aux États-Unis, il y a des services 24h. Ça représente un filet de sécurité.»

Mis à part le fait de rendre accessible des soins à domicile 24h/24, l’homme de 40 ans souhaiterait un changement de vision du système de santé et de la société en général. «Il faut donner les outils pour que les personnes handicapées puissent intégrer la société en toute liberté. Il faut aussi arrêter de menacer les gens de les placer parce qu’on les juge trop handicapés. Tout le monde est digne de participer à notre société.»

Jonathan Marchand est actuellement à la recherche d’autres personnes dans sa situation. Pour plus d’informations sur l’Alliance québécoise des Citoyens Hébergés, consultez le www.aqch.info. Il est aussi possible de se manifester par courriel au support@aqch.info.

TC Media

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *